Breaking News

[NCAA] La consécration des Hoyas de Georgetown en 1984

March Madness

C’est en 1972 que John Thompson ancien joueur des Celtics, avec lesquels il remporta 2 titres NBA (1965,1966) en étant la doublure du légendaire Bill Russell, pose ses valises à Washington pour entraîner les Hoyas de Georgetown. Moins de 10 années plus tard, cette équipe universitaire est considérée comme l’une des plus fortes du pays, avec notamment dans ses rangs un certain Patrick Ewing. 

SI PRES SI LOIN

Éliminés l’année précédente par les Dukes de James Madison, la saison 1981-1982 marque un tournant dans l’histoire des Hoyas. Afin d’épauler Eric Floyd, le meneur des Hoyas, Patrick Ewing est recruté afin de disposer d’un secteur intérieur consistant en vue du tournoi final de N.C.A.A. Cependant la tâche s’annonce ardue, en effet la Big East est la conférence la plus relevée du pays. DePaul, West Virginia, Louisville  sont classées dans le top 20 des meilleures universités du pays. Après un mois de novembre compliqué (2 défaites au cours des 3 premiers matchs), les automatismes prennent le pas sur la maladresse, Eric Floyd et l’ailier Eric Smith tous les deux dans leur année senior encadrent parfaitement Ewing dont la technique et l’agilité font de lui un des meilleurs Freshman de la ligue. Les Hoyas terminent la saison régulière avec 23 victoires pour 6 défaites et se positionnent en deuxième place de la Big East. Le 07 mars 1982 au Hartford Civic Center, ils sont couronnés après un victoire écrasante contre Villanova (72-54). Floyd, Smith et Ewing (42 points) s’affirment au fil des matchs comme un des trios les plus prolifiques de la compétition.

Fort de la confiance accumulée au cours de la saison les Hoyas parviennent pour la première fois de leur histoire au Final Four. Ils battent en demi-finale les Cardinals de Louisville dans un match ou la défense a prit le pas sur l’attaque et qui pour l’occasion a battu le record du nombre d’affluence avec 61 612 spectateurs. Georgetown se retrouve opposé en finale au favori de la saison les Tar Heels de North Carolina, ogre de l’A.C.C, amenés par James Worthy et Michael Jordan. La finale se déroule le lundi 29 mars 1982 au Superdome de la Nouvelle-Orleans. Cette finale reste pour beaucoup comme la plus belle finale universitaire de l’histoire, elle marque également la rivalité historique entre Ewing et Jordan. Alors qu’il ne reste que 14 secondes à jouer les Hoyas sont menés d’un point suite à un panier à mi-distance de Jordan. Le meneur remplaçant Fred Brown remonte la balle et pris de panique la transmet à James Worthy scellant la défaite des siens. Whorthy est élu M.O.P du Final Four et Georgetown termine cette belle épopée au bord du Graal.

Michael-Jordan-1982-Championship-Shot-vs-Georgetown_OTD

LA RECONSTRUCTION 

La saison 1982-1983 est marquée par le départ de cinq joueurs majeurs de l’effectif et pas des moindres (Floyd, Smith notamment). Le roster est jeune, inexpérimenté mais ne manque pas de talent. Ewing prend en charge l’équipe et deviens le leader incontesté de celle-ci. Classée en 20éme position par les observateurs, l’université de Georgetown ne figure pas parmi les favorites de la compétition, tandis que  Louisville et St John’s le sont . La notoriété de Ewing pose problème, des rumeurs concernant son niveau scolaire et la réussite de ses tests afin d’intégrer Georgetown  circulent auprès des journalistes et des fans adverses.

541e5a988e5f4dfb9387f0976fe1b2e1Le parcours d’Ewing dans la Big East est marqué par des insultes raciales incessantes, le 10 janvier 1983 au Carrier Dome de Syracuse, alors qu’il s’apprête à effectuer un lancer-franc, un supporter adversaire lui jette une orange. Jim Boeheim, l’entraîneur des Orangemen prend un microphone et menace de déclarer forfait si un autre acte est dirigé contre Pat. Il réussira néanmoins à conduire son équipe à la victoire.

Toutes ces agressions transcendent Ewing, il termine la phase régulière avec 18,4 pts et 10,4 rbs de moyenne. Dans son sillage, Wingate (12,4pts), Jackson (14,1pts) et Martin (10,6pts, 6,3 rbs) progressent constamment et les Hoyas terminent à la 4éme place de la conférence s’offrant le dernier ticket pour le tournoi final. Après une défaite en quart de finale face au rival Syracuse, les Hoyas entament le tournoi final par une courte victoire sur les Braves de l’université d’Alcorn State. Ils retrouvent au second tour les Tigers de Menphis, si sur le papier les deux équipes sont de même niveau sur le parquet Georgetown est balayé. Malgré un Patrick Ewing excellent lors de ce tournoi final ( 17,7pts et 10,2rbs) le parcours des Hoyas est décevant, néanmoins l’expérience acquise cette saison sera un élément déterminant pour la saison suivante.

EN FAVORI 

PatrickEAyant conservé l’intégralité de ses cadres durant l’inter-saison l’équipe de Georgetown est classée en seconde position des meilleures universités du pays derrière  North Carolina. Patrick Ewing entame sa 3éme saison universitaire et est considéré comme l’un des tous meilleurs universitaires du pays. Physiquement plus développés, les Hoyas impressionnent par leurs qualités défensives, ils terminent la saison avec un bilan de 26 victoires pour 3 défaites. Ils passent les deux premiers tours de la Big East sans encombre et retrouvent  leurs rivaux, les Orangemen de Syracuse pour le titre de la conférence.

La finale se déroule dans la légendaire salle du Madison Square Garden, celle-ci est considérée comme  l’une des plus belles finales de la conférence Big East. La rencontre est âpre, les deux équipes se tiennent, une échauffourée éclate entre l’ailier fort des Hoyas Michael Graham et Andre Hawkins le pivot de Syracuse. Graham projette au sol Hawkins, Jim boheim le coach des Orangemen est fou furieux, il demande l’exclusion du joueur de Georgetown. Après consultation, les arbitres laissent le joueur sur le parquet, la tension est à son comble. Alors que son équipe est menée, le jeune meneur des Hoyas, Jackson, réussit ses deux lancers-franc et envoie son équipe en prolongation. A l’image de leur entraîneur, les joueurs de Syracuse perdent leurs sang-froid et les Hoyas s’imposent dans cette finale sur le score de 82-71. Ewing (27pts,16rbs) et Jackson (20pts) sont les hommes de cette rencontre.

EN ROUTE VERS LE TITRE

Transcendés par leurs victoires sur leurs éternels rivaux, les Hoyas ne prennent pas aux sérieux les Mustangs Methodist. Incroyablement maladroits, ils sont menés de 8 points à la mi-temps. Grâce à une défense de fer en seconde période limitant l’adversaire à 12 points seulement, Georgetown s’impose à l’arrachée et prive les Mustangs d’une des plus belles surprises de l’histoire de la N.C.A.A. Personne n’est épargné dans le vestiaire y compris Ewing, surtout que l’adversaire au prochain tour les Rebels sont un des outsiders potentiel au titre. Conscient du rôle qui est le sien, Pat prend la rencontre en main et explose littéralement les intérieurs adversaires, 27pts et 16 rbs plus tard les Rebels sont balayés.

En pleine confiance Georgetown marche sur les Flyers de Dayton (61-49) et accèdent pour la 2éme fois en 3 ans au Final Four. Celui-ci se déroule au Kingdome de Seattle, les Cavaliers de Virgina affrontent les Cougars de Houston tandis que les Hoyas de Georgetown sont opposés aux Wildcats de Kentucky. Ewing et son vis-à-vis Sam Bowie se neutralisent, n’arrivant pas à alterner leurs jeux, les Hoyas sont menés de 7 points à la mi-temps. C’est le moment que choisit Jackson pour faire parler la foudre et ramener son équipe dans le match, Ewing, Graham et Wingate  pris en attaque se démènent et font totalement déjouer les Wildcats grâce à une défense de fer les limitant à seulement 11 points en seconde mi-temps.

olaewing-2Cette performance incroyable permet à Georgetown de disputer la finale nationale contre les Cougars de Houston seulement 2 ans après leurs défaites face aux Tar Heels. Les Cougars finalistes malheureux la saison dernière face aux Wolfpack de North Carolina State disposent d’un Big three impressionnant composés d’ Hakeem Olajuwon, Michael Young et Alvin Franklin. Le début de rencontre est délicat pour les Hoyas, ils n’arrivent pas à bloquer Young qui enchaîne les paniers à mi-distance. C’est le moment que choisi Ewing pour muscler son jeu en défense, auteur de quelques interceptions qui permettent de belles contre-attaques Georgetown revient dans le match. Le combat que se livre Olajuwon et Ewing est dantesque, les deux meilleurs pivots universitaires se rendent coup pour coup. Mais voila Hakeem est bien seul en défense, profitant des largesses de la défense de Houston aux rebonds les Hoyas creusent l’écart et mènent de  10 points à la pause.

Guy Lewis, le légendaire coach Texan, fait très peu tourner son effectifs et mise sur la réussite de son trio infernal. Mais voila, la fatigue se fait ressentir  et Young marque de moins en moins, Pat et Hakeem se neutralisent permettant aux Hoyas de contrôler la seconde mi-temps. Après une magnifique rencontre,les joueurs de l’université de Georgetown exultent, pour la première fois de leur histoire, ils sont champions. Patrick Ewing est élu M.O.P du Final Four 1984. Hakeem Olajuwon se présentera à la draft 1984 et sera sélectionné par les Rockets en 1ére position.

LA CONSÉCRATION

Sur un plan personnel, la saison 1984-1985 est une véritable consécration pour Patrick Ewing, il remporte encore une fois la Big East Conférence avec un bilan de 25 victoires pour 2 défaites. Il reçoit les trophées Naismith College Player of the Year et Adolphe Rupp. Il emmène une dernière fois les Hoyas en finale nationale mais, ils s’inclinent de deux points contre les Wildcats de Villanova. Il se présente à la draft de 1985, où il est sélectionné en 1ére position par les Knicks de New-York.

John Thompson continua quand à lui de conduire Georgetown pendant encore 14 ans, il dirigea notamment d’autres légendes du BasketBall (Mourning, Mutombo, Iverson). 28 de ses élèves furent sélectionnés au premier tour de la draft et deux en 1ére position (Ewing, Iverson). Actuel consultant pour la chaîne Be In Sports, Eric Micoud ancien international français évoluant au poste de meneur à également fait partie des Hoyas de Georgetown durant les saisons 93 et 94. En 1999, John Thompson prend sa retraite et entre au Basketball Hall of Fame la même année. En 2004 John Thompson III, son fils, prend la tête des Hoyas. En 2008, son plus grand et fidèle soldat Patrick Ewing, intègre lui aussi, le Panthéon du Basketball Américain.

GEORGETOWN CHAMPION NCAA EN 1984

Crédits photo : The Sports Fan Journal/ On this day in Sports/ Blacksportsonline/Hupu

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Nicolas Abila (24 Articles)
Rédacteur Basket rétro, @Belile81

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.