Breaking News

[NCAA] Dominique Wilkins, l’explosif scoreur de Georgia (1979-1982)

NCAA

Dominique Wilkins (c) ajc. com

Âgé de 59 ans le 12 janvier dernier, Dominique Wilkins a passé trois ans à l’université de Georgia après avoir quitté le lycée de Washington à North Carolina. Au sein de l’équipe des Bulldogs, l’ailier de 2m03 avait conquis les fans par son jeu ultra offensif.

UN CHOIX DE FAC PAS ÉVIDENT

Il rejoint ainsi les Bulldogs en 1979 suite à son excellent passage au lycée de Washington, rien n’a voir avec la capitale des Etats-Unis. Son lycée était situé à Beaufort County en Caroline du Nord. Il est repéré par Dave Smith, coach de Washington à la Bridge Street Recreation Center à North Carolina. A ce moment-là, Wilkins se trouvait à Washington en été pour rendre visite à sa grand-mère avant qu’il rentre en classe de seconde à Patterson High à Baltimore. Smith réussira à convaincre Dominique de rejoindre le lycée de Washington et deviendra ainsi son entraineur. Wilkins marque les esprits en étant deux fois de suite MVP du championnat d’Etat Class 3-A en 1978 et 1979. Il remporte ce championnat ces deux années-là en s’offrant notamment un double-double de moyenne en senior : 29 points et 16 rebonds.

Dominique Wilkins (c) Manny Millian - Sports Illustrated

Dominique Wilkins (c) Manny Millian – Sports Illustrated

Grace à ses perfs, une douzaine de fac scrutent Wilkins et notamment North Carolina State (NC State), pas loin de son lycée.  Mais Georgia réussit à l’enrôler. On apprend dès lors que c’est sa mère qui a décidé que son fils allait intégrer la fac de Georgia. Wilkins optait pour North Carolina State et avait exprimé son envie de rester en Caroline du Nord. Les parents de Wilkins divorcés à cet instant, déménageaient avec Dominique. Le déplacement de Washington à Georgia a été compliqué. Fenêtre cassée dans la maison de sa mère, peinture renversée sur la voiture de celle-ci.

Coach de Georgia, Hugh Durham racontait la manière dont il avait essayé de convaincre Wilkins de partir à Georgia : « Bien sur que tu peux aller à North Carolina State et devenir un autre David Thompson (ndlr : joueur marquant de NC State en 72-75). Mais pourquoi ne viendrais-tu pas à Georgia pour être l’unique Dominique Wilkins ? (source : Sports Illustrated)

SCOREUR NUMÉRO 1 DES BULLDOGS

A 19 ans, dès son arrivée à Georgia, Wilkins a accompli une très bonne première saison universitaire avec 18,6 points (52,5 % aux tirs et 73 % aux lancers-francs), 6,5 rebonds, 1,4 passe, 1,7 interception et 1,3 contre en 16 matchs. Il ne jouera pas plus de rencontres à cause d’une blessure au pied.

La saison suivante en 1980-1981, aucune blessure apparente, The Human Highlights est en pleine possession de ses moyens et augmente ses stats : 23,6 points (53,3 % aux tirs et 75,2 % aux lancers-francs), 7,5 rebonds, 1,7 passe, 1,3 interception et 2,4 contres en 31 matchs. Il plante notamment 37 points face à Florida en match de saison régulière le 7 janvier 1981, victoire 90-74. Florida était coaché à cette époque par Norm Sloan, celui qui voulait recruter Wilkins à NC State (dont il a été coach de 1966 à 1980).  Sloan précisera au sujet de Wilkins : « Les seuls sentiments durs que j’ai à présent est de ne jamais avoir eu la chance de coacher Wilkins. Vous vous attendez pas à coacher un joueur comme David Thompson. J’ai presque coaché les deux. Je ne surmonterai jamais de l’avoir loupé ». (Source : Sports Illustrated)

Le 31 janvier 1981, il score 32 points (12/23 aux tirs) et prend 4 rebonds face aux Kentucky Wildcats de Sam Bowie. Défaite des Bulldogs 71-68 après 2 prolongations. Wilkins à deux unités d’inscrire la moitié des points de son équipe. (voir résumé de la rencontre en fin d’article)

Cette saison-là, le bilan de Georgia est de 19 victoires et 12 défaites, le meilleur depuis 50 ans à ce moment-là. Avec 732 points inscrits lors de son année sophomore, Wilkins est devenu le meilleur scoreur des Bulldogs en une seule saison. Avec son jump allant jusqu’à 119 centimètres, il est nommé dans l’équipe type de la Southeastern Conference (SEC), division dans laquelle évolue Georgia. Dans le même temps, il est élu meilleur joueur de l’année de la SEC.

Dominique Wilkins - Georgia (c) Spokeo

Dominique Wilkins – Georgia (c) Spokeo

Au même titre que Ralph Sampson (Virginia), Isiah Thomas (Indiana), Mark Aguirre (DePaul), Dominique Wilkins intéresse les franchises NBA. « Dominique serait le deuxième ou troisième choix de la draft. Pourquoi ? Car il est meilleur que n’importe qui d’autre », selon Marty Blake du bureau scouting NBA. Courtisé par les Detroit Pistons qui lui font une offre de 4 ans et 1,6 million de dollars au printemps 1981, Wilikins la refuse 8 heures avant qu’il soit minuit, soit le jour de la deadline du 25 avril pour être éligible à la NBA. Il décide de rester à Georgia et effectuera une troisième année chez les Bulldogs. Le General Manager des Pistons de l’époque Jack Mccloskey était certain de pouvoir enrôler l’ailier : « Honnêtement, je pensais que nous l’aurions ».

En tant que junior, en 1981-1982, Wilkins est dans la lignée de sa deuxième saison de fac avec de superbes stats : 21,3 points (52,9 % aux tirs et 64,4 % aux lancers-francs), 8,1 rebonds, 1,3 passe, 1,1 interception et 1,6 contre en 31 matchs. Il fait partie pour la deuxième fois consécutive de l’équipe-type de la SEC. Il ne jouera jamais le tournoi NCAA. Georgia y accédera en 1983 allant jusqu’au Final Four. Drôle de coïncidence, les Bulldogs perdront en demi-finale nationale face à NC State, une fac qu’aurait pu intégrer Wilkins. Auparavant, Georgia avait éliminé le North Carolina Tar Heels de Jordan et Worthy. Son maillot floqué du numéro 21 et porté à Georgia est le seul que cette fac a retiré. Il sera honoré par les Bulldogs pour tout ce qu’il a apporté dans cette équipe. Ses stats globales sur ses 3 ans sont excellentes : 21,6 points (53% aux tirs, 69,9 % aux lancers-francs), 7,5 rebonds, 1,5 passe, 1,3 interception et 1,8 contre en 78 matchs.

Après sa troisième année universitaire, cette fois-ci, Wilkins se lance dans l’aventure NBA et est drafté par les Utah Jazz en 1982 au premier tour en troisième position. Refusant de jouer pour la franchise de Salt Lake City, les Jazz l’envoient aux Atlanta Hawks. Il reste dans l’Etat de Georgie et avec les Hawks, il remportera notamment deux fois le concours de dunk (1985 et 1990), et sera élu 9 fois All-Star.

Les 32 points de Dominique Wilkins face à Kentucky 

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Patrick Parizot (715 Articles)
Fondateur et rédacteur en chef de Basket Retro. Grand passionné de la balle orange et surtout adepte du basket en tout genre. Apprécie particulièrement le basket vintage et notamment celui des années 70.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.