Breaking News

Ces records NBA passés inaperçus…ou presque

Record

Chaque sport, chaque ligue a connu et connaîtra encore de nouveaux records, tandis que d’autres ne tomberont peut-être jamais. Voici une sélection d’équipes et de joueurs qui ont marqué l’histoire de la NBA, des mémorables et d’autres chiffres moins glorieux de 1950 à 2016.

LES ANNÉES 50-60

  • 22 novembre 1950: Les Lakers et Pistons se livrent à la pire prestation offensive all-time. 19-18 pour Fort Wayne, score final… Sachant que Fort Wayne et Minneapolis n’ont jamais été en dessous des 60 pts cette saison-là! Ah oui, George Mikan a inscrit 15 des 18 pts de son club…
  • 6 janvier 1951: Les 24 secondes n’existaient pas, le temps réglementaire était complètement différent et il a fallu 6 prolongations pour départager les Royals de Rochester contre les Olympians d’Indianapolis. Score final, 75-73, ouch!
  • Saison 1951-1952: Donald Boven joue pour les Bucks de Milwaukee. Ce nom vous est sûrement étranger et pourtant il détient lui aussi un record, peu glorieux. Sur 6 matchs consécutifs, il se fait éjecter pour 6 fautes. Du jamais vu.
  • Saison 1952-1953: Les Bullets de Baltimore terminent avec un bilan de 16 victoires pour 54 défaites. A l’époque, il y avait 10 franchises et avec ce total pitoyable, Baltimore se qualifie pour les playoffs! Bon un gros sweep contre les Knicks dès l’ouverture, mais quand même…
  • 27 février 1959: Boston inscrit 173 pts face à Minneapolis. Rien que le 4ème QT, les Celtics ont collé 52 pts à la bande d’Elgin Baylor. Tom Heinsohn marque 43 pts, Bob Cousy 31, Bill Sharman et Frank Ramsey passent la barre des 20, victoire de 34 pts… Mais vous allez me parler du match Pistons-Nuggets de 1983, oui le score final est de 186-184 mais après 3 prolongations! La rencontre de 1959 n’en a eu aucune!
  • 27 février 1959: Tiens même date et même match que ci-dessus, saviez-vous que Bob Cousy avait distribué 19 passes en une mi-temps? Il termine avec 28 caviars, soit 13 de plus que toute l’équipe des Lakers réunie!
  • Saison 1968-1969: Walt Bellamy commence l’exercice sous le maillot des Knicks et y joue 35 rencontres. Le 19 décembre 1968, il est transféré à Detroit et participe à 53 matchs. Total 88 rencontres de saison régulière, un record. Comment est-ce possible? Au moment du transfert, les Pistons avaient 6 matchs de moins au compteur que New-York…

LES ANNÉES 70-80

  • 20 octobre 1972: les Braves de Buffalo inscrivent la bagatelle de 58 pts… en un quart-temps! On remet les choses dans leur contexte, Buffalo prend un bouillon face à Boston, 103-60 après 3 QT. Les Celtics baissent leur intensité et vigilance, et l’équipe de Bob Mc Adoo perd au final que de 8 pts!
  • 28 octobre 1973: Si de nos jours, Elmore Smith s’est lancé dans le fast-food, il est toujours le détenteur du plus grand nombre de contres en un match. sous le maillot des Lakers, il renvoit 17 fois les tentatives de Portland. Evidemment, ce record aurait été pulvériser si les blocks avaient été comptabilisé du temps de Bill Russell et Wilt Chamberlain. Mark Eaton détient toujours la moyenne de blocks la plus élevée, 5,6 par match! Même pas besoin de sauter…
  • 25 novembre 1977: Atlanta mène de 29 pts et il reste 8.43 minutes à jouer. Les Bucks vont alors réaliser l’improbable, un 41-11 en tout, 35-4 en série, plus gros comeback de l’histoire dans un 4ème QT. Le 6 décembre 2002, les Lakers avaient failli faire mieux, -27 à domicile face aux Mavericks et victoire mythique au final.
  • 15 avril 1984:  John Lucas, meneur des Spurs, fait tourner en bourrique les Nuggets avec 14 passes décisives…en un seul quart-temps! Un record NBA égalé en 2009 par Steve Blake.
  • 9 mars 1985: Lafayette « Fat » Lever pique 8 fois le cuir en 1 seul QT! Incroyable de penser qu’un record de défense puisse appartenir à Denver, l’équipe la plus gruyère des eighties!
  • 9 novembre 1989: alors que Dale Ellis est plus connu comme l’un des meilleurs shooteurs de tous les temps, il peut aussi jouer les marathon man. 69 minutes dans un match où Seattle perd la rencontre 155-154 après 5 prolongations contre Milwaukee.

LES ANNÉES 90

  • 9 avril 1990: Ce n’est pas un record (détenu par Boston-Syracuse – 21 mars 1953), mais elle est sympa tout de même. Utah et Phoenix sont au coude à coude. Les Suns finissent par l’emporter après prolongation. Rien d’anormal jusqu’ici, sauf que le Jazz a commis 52 fautes! John Stockton, Thurl Bailey, Bobby Hansen, Eric Johnson (en 13 minutes) out pour 6 fautes, Karl Malone et Blue Edwards à 1 faute près les rejoignaient. Heureusement que le match n’a pas encore trop duré, sinon il n’y avait plus personne pour finir à Utah…Comme si ça ne suffisait pas, les deux équipes se retrouvent dès le premier tour des playoffs, presque trois semaines après et… Phoenix élimine Utah en cinq manches, la bête noire!
  • 2 novembre 1990: dans le domaine des scores fous et toujours sans prolongation, les Warriors et Nuggets terminent à 162-158 et dire que ce n’était que le premier match de la saison! Plus gros score cumulé entre 2 franchises dans l’histoire, le Run TMC combine 99 pts et les équipes ont frôlé la barre des 90 pts à la pause!
  • 17 décembre 1991: Miami va prendre une déculottée phénoménale, 148-80 contre Cleveland, 68 pts d’écart! Bon au moins, Michael Jordan mettra tout le monde d’accord, le Heat 3-0 au premier tour, puis 4-2 contre Cleveland en finale de conférence.
  • 27 décembre 1991: Ce jour-là, la maçonnerie venait de trouver leur maître. Tim Hardaway est le triste détenteur du plus grand nombre de tirs tentés sans en réussir un seul: 0/17! Les Warriors remportent le match quand même. Avec humour à la fin du match: « Je vais mettre ce boxscore sur mon mur, au moins, j’ai un record NBA, je n’avais jamais fait de zéro pointé à tout niveau depuis j’ai commencé le basket ».
  • Du 24 mars au 9 novembre 1993: soit à cheval sur 2 saisons, le meneur Micheal Williams (oui Micheal et non Michael) a converti 97 lancers-francs consécutifs. Mark Price a lui aussi failli le battre peu de temps après, il a dù échouer à quelques unités. Pas mal pour un gars qui tournait à 72% dans cet exercice et il a au moins fait parler des Timberwolves à cette époque…
  • 29 décembre 1997: Dallas joue dans l’antre des Bulls. Le match est serré et Don Nelson décide de recourir à la technique du Hack-a-Shaq sur Dennis Rodman. L’Illustre inconnu Bubba Wells est envoyé eu casse-pipes, 3 minutes de temps de jeu, 6 fautes sur The Worm, foul out. Le plus rapide à être éjecté et le résultat de cette stratégie fourbe? Le tatoué réussit 9/12 sur la ligne et les Mavericks perdent.

LES ANNÉES 2000-2010

  • Saison 2000-2001: Rasheed Wallace a chauffé les oreilles d’un paquet d’arbitres durant sa carrière, surtout avec Portland au début du millénaire. 40 fautes techniques pour la saison 2000-2001, record battu détenu jusqu’à alors par le Sheed himself, 38 l’année précédente.
  • 2 novembre 2005: Ce n’est que le premier match de la saison et même avec 5 petites minutes sur le parquet, Andrew Bynum devient le plus jeune joueur à l’avoir foulé en NBA. 18 ans et 6 jours, c’est mieux que Lebron, Kobe ou encore Jermaine O’Neal. Comme les règles ont changé depuis pour la draft, en voilà un record qui n’est pas près de tomber.
  • 15 avril 2005: Damon Stoudamire est frappé du virus NBA2K (en ayant foiré ses paramètres). Dans une large défaite des siens contre Golden State, le micro meneur tente 21 tirs à 3 pts et n’en convertit que 5, même Kobe n’aurait pas osé. Le record a été battu depuis par J.R Smith en 2014 avec les Knicks. 22 tentatives pour faire 10 fois filoche, c’est déjà plus respectable.
  • 9 janvier 2011: Un record pour Joel Anthony, pivot du Heat des three amigos en 2011. En un peu plus de 28 minutes de temps de jeu, 4 fautes et un ballon perdu. Aucun shoot, point, rebond, passe, contre, interception. RIEN! Le summum de l’inefficacité.
  • Du 13 novembre 2014 au 3 novembre 2016: Dana Barros a longtemps gardé ce record entre le 23 décembre 1994 et le 10 janvier 1996 avec 89 matchs consécutifs avec au moins un panier à trois points incrit. Puis le sniper Kyle Korver l’a pulvérisé avec 127 rencontres d’affilée du 4 novembre 2012 au 2 mars 2014. Mais le shooteur ultime de l’ère moderne, Stephen Curry l’a largement dépassé à son tour avec 157!
  • Plus grand nombre de maillots différents portés: Il pensait longtemps qu’il conserverait le record de maillots portés, mais Tony Massenburg le partage avec trois autres gaillards. Jim Jackson, Chucky Brown et plus surprenant, Joe Smith ont évolué pour 12 franchises différentes!

BUBBA WELLS FOUL OUT IN 3 MINUTES

Crédits photo : NBAE/Getty Images

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Anthony "Pred" Saliou (440 Articles)
Fan de MJ, d'Hakeem, Bird et Sir Charles notamment, déteste les Sonics et le Thunder, peu d'amour pour les Lakers, mais adore par-dessus tout le basket "tough". A passé plus de 10 ans sur la toile basket à débattre et râler comme tout vieux qui se respecte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.