Breaking News

[Portrait] Nate Thurmond – Bonus inédit du livre « Top 50 Les légendes de la NBA »

Portrait

Il devait faire partie du livre « Top 50, les Légendes de la NBA », sorti aujourd’hui aux Editions Talent Editions, mais au final, il a fallu tranché avec les joueurs actuels qui méritent leur place au sein de cet ouvrage. Voici donc le portrait de Nate Thurmond qu’on peut qualifier de bonus en exclusivité pour Basket Rétro.

«Nate Thurmond défendait aussi bien que Bill Russell». L’hommage est signé Wilt Chamberlain et catégorise immédiatement le bonhomme. Thurmond était une bête, et tous les pivots adverses en ont pris pour leur grade : 2m12, des doigts interminables et un sens du timing formidable. Le type pouvait aller chercher les skyhooks de Kareem Abdul-Jabbar et tenir sa position physiquement face à Chamberlain. Un rebondeur d’élite également, qui l’a vu terminé son cursus universitaire sur un match à 31 prises.

Drafté par les Warriors, Nate Thurmond n’est pas franchement rassuré de jouer derrière le monstre Wilt. San Francisco va pourtant aligner le rookie en tant qu’ailier fort afin de former un tandem de tours jumelles impressionnant. Voyant le potentiel du bonhomme, les dirigeants décident de miser sur lui pour l’avenir de la franchise en transférant Chamberlain un an et demi plus tard.

L’idée ravit le jeune intérieur, qui a bossé sans relâche à l’entraînement face à l’ultime machine à scorer. À la fin de la saison, son temps de jeu a doublé et ses stats ont poussé (16.5pts et 18.1rbs). Dès lors, il enchaîne cinq saisons à plus de dix-huit rebonds en moyenne, dont une pointe à 22 en 1967-68. Pour situer le niveau du gaillard, il est le détenteur du record du plus grand nombre de rebonds dans un seul QT avec 18 !!! Avec de telles performances, pas étonnant de le retrouver dans le cercle très fermé des joueurs ayant pris 40 rebonds ou plus dans un match : va pour 42 en 1965 histoire de rejoindre Bill Russell, Wilt Chamberlain et Jerry Lucas. De plus, à ce jour, il reste l’un des meilleurs contreurs de l’histoire. Les chiffres, non comptabilisés à son prime, ne favorise pas sa réputation. Pourtant, Nate avait la block mentality : « C’est démoralisant pour un mec si tu marques sur lui et qu’après tu le repousses de l’autre côté du terrain ».

Seulement, les résultats ne sont pas là. Le départ de Chamberlain a provoqué la chute des Warriors, passant d’une finale NBA au pire bilan de la ligue (17V-63D). L’arrivée de Rick Barry redonne le sourire et la baie possède désormais un one-two punch solide. En 1967, Golden State doit rendre les armes en finale contre des 76ers proprement injouables. Reste que sur la série, l’ami Nate tourne à 26.7rbs par match, avec la doublette Wilt-Luke Jackson en face.

Ce revers collectif est un tournant : Barry arrête avant de partir en ABA, et voilà le début des années difficiles. Thurmond taffe chaque soir mais les éliminations en playoffs s’enchaînent comme une vieille routine. Puis Barry le sale gosse revient aux affaires et la direction des Warriors décide de se séparer de Nate. Transfert aux Bulls à 33 ans, pour un timing plus que malheureux : Golden State devient champion NBA dans la foulée, sans oublier d’éliminer en sept matchs Chicago en finale de conférence. Une saison cauchemardesque, qui avait pourtant commencé de la plus belle des façons.

De fait, Thurmond marque l’histoire dès son premier match sous ses nouvelles couleurs. On le disait sur le déclin et voilà que le bonhomme noircit la feuille comme personne : 22 points, 14 rebonds, 13 passes, 12 contres pour le premier quadruple-double comptabilisé de l’histoire. Performance inouïe, qui n’empêche pas la chute. Celui que l’on surnomme The Chairman of the boards, avec sa barbe et ses chaînes en or, rend encore quelques services mais ne tient plus sa place de titulaire et termine sa carrière à Cleveland sans gloire.

Énorme en défense et pas manchot en attaque, il n’a jamais réussi à casser ce plafond de verre qu’était la domination sur le jeu. Abdul-Jabbar dit de lui qu’«il m’a joué mieux que personne ne l’a jamais fait. (…) Quand je marquais sur Nate, je savais que j’avais réalisé quelque chose. Il transpires et veut que toi aussi tu transpires ».  Raisons majeures du pourquoi son numéro 42 est retiré par les Warriors, et les Cavs, qui n’ont pas oublié de se souvenir de Nate The Great.

MIXTAPE NATE THURMOND

 Crédits photo : Gettyimages

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Anthony "Pred" Saliou (445 Articles)
Fan de MJ, d'Hakeem, Bird et Sir Charles notamment, déteste les Sonics et le Thunder, peu d'amour pour les Lakers, mais adore par-dessus tout le basket "tough". A passé plus de 10 ans sur la toile basket à débattre et râler comme tout vieux qui se respecte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.