Breaking News

Les différentes formules de la Coupe du Monde féminine depuis 1953

Coupe du monde

Montage Une : Laurent Rullier pour Basket Rétro

Dépoussiérage, lifting voire même extreme relooking, les grandes compétitions internationales ont toujours eu besoin de se réinventer plus ou moins totalement pour suivre le sens de l’Histoire ou l’air du temps. La Coupe du Monde féminine de basket n’a bien sûr pas échappé à la règle avec des choix plus ou moins heureux, que nous vous proposons de découvrir ici.

C’EST LA POULE FINALE, GROUPONS-NOUS ET DEMAIN…

Dans les premières éditions, la FIBA n’a juré que par la poule finale pour distribuer les médailles du Championnat du Monde féminin. Si cette formule permet de couronner les équipes les plus régulières, elle offre un droit à l’erreur et prive le Mondial du climax ultime que représente une finale. Ce principe est resté longtemps. Ce sont les modalités de qualification qui ont souvent évoluées au gré du nombre d’équipes qualifiées et de l’imagination sans limites des organisateurs.

En 1953 au Chili, 10 équipes participèrent à la première édition. Un premier tour en un match sec permit de qualifier 5 heureuses élues. Un tournoi de repêchages en deux tours désigna alors le 6e larron. De manière incompréhensible, le Pérou – qui subît la plus lourde défaite du tour préliminaire (22-62 face à la France) – fut directement qualifé au 2e tour de ces repêchages. Il paraîtrait que certains historiens du sport s’auto-mutileraient de rage lorsqu’ils essayent de trouver une explication rationnelle à ce choix. Au final, ce fut le Paraguay qui obtînt le dernier ticket pour la poule finale.

1953

Team USA – Vainqueur de la première édition © USA Basketball

Avec 12 partants sur la ligne de départ de l’édition 1957 au Brésil, on se dit que la formule sera très simple. Que nenni ! La FIBA décida de qualifier le pays hôte pour la poule finale et de lui adjoindre 6 équipes, via un premier tour bricolé avec 2 poules de 4 équipes et 1 poule de 3 équipes.

Qualifier directement le pays hôte en poule finale sera un principe repris jusqu’en 1983 à l’exception de 1967 et 1979. Pour cette dernière édition en Corée du Sud – marquée par l’absence de l’Union Soviétique – ce furent les vice-championne olympiques états-uniennes qui bénéficièrent de ce privilège. En 1983, elles accompagnèrent également l’hôte brésilien directement en poule finale pour des raisons sportives : elles étaient alors les tenantes de titre.

DES PLAY-OFFS, ENFIN !

La nouveauté majeure de l’édition 1983, ce fut l’apparition de finales pour attribuer les médailles au terme de la poule finale. L’Union Soviétique remporta la première finale de l’histoire du Championnat du Monde féminin face aux États-Unis (84-82) au terme d’un match très serré.

800px-1986_cpa_5750

L’URSS en 1986, le pays timbré de basket féminin.

En 1986, la poule finale fit ses adieux et on eût droit un schéma très classique : un premier tour avec deux poules de six équipes, puis des demi-finales croisées et une finale.

A partir de 1990, le nombre d’équipes qualifiées passa à 16 et deux phases de poules furent nécessaires pour désigner les 1/2 finalistes (4×4, puis 2×4). La formule fut conservée quatre ans plus tard en Australie.

A partir de 1998, la tâche se compliqua grandement pour les observateurs qui durent emmener dans leur bagages règles à calcul et superordinateur CRAY. Le premier tour (qui roulait toujours en 4×4) qualifia désormais 3 équipes par groupes, pour former 2 groupes de 6 équipes, en conservant les résultats acquis au premier tour. Les quarts de finale firent leurs apparition. Cette formule perdura l’espace de quatre éditions jusqu’en 2010 inclus.

MOINS DE CALCULS, PLUS DE PEPS !

A partir de 2014, on simplifia la tâche de tout ce petit monde. Au terme du premier tour, on qualifia directement les premiers de poule en 1/4 de finale, tandis que des barrages opposèrent les équipes classées 2e et 3e.

C’est cette formule qui sera utilisée en Espagne pour l’édition 2018 de la compétition désormais intitulée Coupe du Monde féminine de basket-ball.

LE JOUR D’APRÈS ?

Pour 2022, la FIBA a annoncé la réduction de nombre d’équipes participantes à 12 équipes, à contre-sens du mouvement actuel des compétitions européennes et mondiales dans les sport collectifs qui prônent l’expansion. Connaissant la créativité de la FIBA, on se gardera bien de pronostiquer la formule du tournoi. On l’espère juste aussi simple qu’un premier tour avec 2 poules de 6 équipes puis des quarts de finale. Et pourvu qu’on revienne à 16 équipes très vite.

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Professeur Tartan (6 Articles)
Le sport est la deuxième chose la plus importante de ma vie après ma famille, même si ma famille prétend que c’est le contraire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.