Breaking News

David West, la retraite d’un All-Star

Portrait

Montage Une : Laurent Rullier pour Basket Rétro

C’est le 30 Août dernier via son compte Twitter que David West a annoncé qu’il mettait un terme à sa carrière. Une carrière longue de 15 saisons qui se termine en apothéose en juin 2018 avec un titre NBA et un back-to-back.

Terminer une carrière sur un back-to-back, il faut avouer qu’il y a pire comme scénario, même si c’est en en tant que porteur d’eau dans l’effectif All-star des Warriors. Mais résumer la carrière de David West à ce rôle serait bien trop réducteur. En effet, lorsqu’il rejoint la franchise de Golden State, le natif de Teaneck dans le New Jersey n’a plus grand chose à prouver. En témoigne par exemple son excellent passage dans l’Indiana (2011 à 2015) où les fans des Pacers apprécient son style rugueux et physique. Les supporters du Heat peuvent confirmer.

WILD WILD WEST

Mais c’est du côté de New Orleans que David West réalisera ses meilleures années statistiques. Sous le jersey des Hornets qui l’on drafté en 2003, en dix-huitième position, West forme un duo très efficace avec un certain Chris Paul. L’arrivée du meneur en 2005 permet à David West de s’éclater offensivement. En 2005-2006 il conclut l’exercice avec une moyenne de 17,1 points par match contre 6,2 la saison précédente. Une progression qui s’explique par son intronisation dans le 5 majeur et qui fait de lui le dauphin de Boris Diaw à l’élection du Most Improved Player.

L’évolution de West ne s’arrête pas là. En Février 2008 il est ainsi sélectionné parmi les remplaçants pour le All-Star Game. Un nouveau statut qu’il valide au cours du mois de Février. A quelques jours  de l’événement, David West enchaîne deux grosses performances. D’abord dans un match face aux Suns qui se termine après une double prolongation.david west.jpg West passera à cette occasion 53 minutes sur le parquet, ajoutant 21 points, 13 rebonds et 2 contres pour aider son équipe à s’imposer. Il remet le couvert trois jours plus tard face à Memphis. Les Hornets l’emportent avec un David West déchaîné. Le All-star termine avec 33 unités au compteur en complétant sa ligne de stats par la cueillette de 10 rebonds. C’est aussi contre Memphis, en Novembre 2007 cette fois, qu’il inscrit 40 points (son record en carrière de 44 points sera établi lors d’une défaite contre Houston en Décembre 2009). De quoi démontrer que cette première sélection au match des étoiles ne doit rien au hasard, et encore moins au fait que le All-Star Break ait lieu (tiens, tiens) à New Orleans.

West mettra un point d’honneur à confirmer la nouvelle dimension prise par sa carrière. Il termine la saison en startant 76 matchs avec 20 points et 9 rebonds de moyenne. Solide ! Il effectuera un exercice 2008/2009 du même acabit (21 points et 8,5 rebonds). Suffisant pour goûter une nouvelle fois aux joies d’être un All-Star. Et cette fois la fête n’a pas lieu à domicile.

David West sous le jersey étoilé de la conférence Ouest c’est en moyenne une quinzaine de minutes passées sur le parquet, avec pour chaque apparition 6 points au compteur et quelques rebonds arrachés (4 en 2008 et 3 en 2009). Avec ce ratio plus que respectable, on ne l’accusera pas d’avoir fait de la figuration.

Comme évoqué plus haut, après la Nouvelle-Orléans, c’est Indiana qui accueillera le désormais neo-retraité. David West partira ensuite du côté des Spurs pour une saison. Finalement, c’est avec le maillot des Warriors sur les épaules qu’il mènera à bien sa quête de titres. C’est donc dans la baie de San Francisco qu’il met un terme à sa carrière. Une belle et solide carrière, auréolée de deux bagues et de deux sélections au All-Star Game. En attendant de revenir plus en détails sur la carrière du rugueux intérieur, voici en vidéo une démonstration de ce que David West pouvait proposer en 2008, certainement l’une de ses meilleurs cuvées.

SES STATS NBA

  • Points: 14 034 soit 13,6 par match
  • Rebonds: 6 590 soit 6,4 par match
  • Assists: 2 273 soit 2,2 par match
  • Matchs: 1 034 matchs disputés dont 742 en tant que titulaire
  • 118 matchs de playoffs

SON PALMARÈS

  • All-Star en 2008 et 2009
  • Champion NBA 2017 et 2018

crédits photo : capitalautobreakers.com

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Waka Bayashi (91 Articles)
Enfant des eighties, c'est au début des années 90 que je découvre la NBA. En 1993 j'obtiens mon brevet des collèges grâce à l'épreuve de Géographie au cours de laquelle je localise les plus grandes villes sur la carte des Etats-Unis, en ajoutant entre parenthèses le nom des franchises de la ligue, en espérant secrètement quelques points bonus. Fan des joueurs avec un taux de trash-talking élevé (coucou Reggie Miller), j'ai intégré l'équipe de Basket Rétro afin que mes parents soient fiers de moi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.