Breaking News

2002-2003 : La Dream Team Paloise

France

Montage Une : Laurent Rullier pour Basket Rétro

Boris Diaw, Florent et Mickaël Pietrus, Dragan Lukovski, Cyril Julian… Voici un voyage dans le temps, pour revenir à une époque bénie d’un club mythique: L’Elan Béarnais. Attachez bien vos ceintures, embarquement immédiat vers la saison 2002-2003.

INTERSAISON 2002-2003 : UN PARFUM DE REVANCHE

18 juin 2002 – Astroballe de Villeurbanne, dans les derniers instants du match 2 de la finale entre Pau Orthez et Vileurbanne, Boris Diaw prend un shoot à 45 degrés, c’est la balle de match, s’il marque l’Elan Béarnais disputera un troisième match à Pau pour décider du titre de Champion de France. Le temps se fige, les joueurs et supporters ont les yeux rivé sur le ballon qui rebondit sur l’anneau… et ne rentre pas. A cet instant, l’ASVEL est sacrée championne de France. Les images de cette action et de la joie des joueurs villeurbannais resteront dans la tête des membres du club béarnais et décupleront leur envie revanche. Sentiment qui donnera naissance à l’une des plus belles voire la plus belle équipe jamais vue dans le club de Pau Orthez et dans l’histoire de la Pro A.

Un changement majeur est réalisé au début de la saison, l’entraineur Claude Bergeaud est remplacé par Frédéric Sarre, ancien de la maison béarnaise (entraineur adjoint de Michel Gomez de 1991 à 1996). Ce dernier tel, un chef d’orchestre va voir quels musiciens il peut recruter afin de réaliser une symphonie parfaite. L’équipe est alors composée de jeunes joueurs talentueux, comme Boris Diaw, les frères Mickaël et Florent Pietrus et Artur Drozdov. D’autres plus expérimentés composent également l’effectif dont, le meneur de jeu international serbe Dragan Lukovski arrivé sur les bords du Gave un an auparavant et Fréderic Fauthoux figure emblématique du club.

L’équipe vient de perdre l’ailier international espagnol Roger Estreller, élu meilleur joueur étranger de la saison 2001-2002 parti à Malaga. Un recrutement de grand standing est alors mis en place, avec notamment celui de 2 internationaux français de Nancy l’intérieur Cyril Julian (vice champion olympique en 2000) et un ancien de la maison paloise l’ailier Fabien Dubos. Ces 2 arrivées sont conjuguées à celle du meneur de jeu de l’ASVEL Kyle Hill. La reconquête du titre de champion de France est en marche.

SAISON RÉGULIÈRE : EN ROUTE VERS LES SOMMETS

28942294_10155579803727746_810581678_o

Boris Diaw face à Roanne

La symphonie est parfaite, chaque joueur trouve sa place et assume le rôle confié avec un début de saison parfait et conforme aux attentes.

Une seule défaite lors des 26 premiers matchs contre Villeurbanne à domicile, sur un score de 81 à 88 lors de la onzième journée. Il est de ces défaites qui rendent une saison mythique, voir le rival villeurbannais s’imposer au Palais des Sports de Pau procure un sentiment de revanche aux supporters et donne du charme et de la vie à une saison.

En 2003, la Semaine des AS est remise au goût du jour, tournoi disparu en 1993, mettant aux prises les 8 premiers au classement, sous la forme d’élimination directe commençant en quarts de finale. Cette compétition se déroule à mi parcours de la saison régulière.

Le Palais des Sports de Pau est désigné hôte de cette compétition, qui se déroulera du 17 au 20 février 2003 et dont le favori est l’Elan Béarnais. L’objectif est atteint et l’équipe coachée par Frédéric Sarre remporte ce tournoi en écrasant tout sur son passage, Paris en quart de finale sur le score de 90 à 74, Cholet en demi-finale par une victoire de 11 points (91 à 80) et enfin, l’équipe du Havre balayée en finale sur le score de 101 à 80. Cet évènement est une réussite sur le plan sportif et de l’organisation, avec une fréquentation de 17150 personnes sur l’ensemble des 4 jours.

La symphonie va ensuite crescendo et l’Elan Béarnais compte seulement 3 défaites à son actif en fin de saison. La bande à Frédéric Sarre termine donc leader de la saison régulière avec 27 victoires contre 3 défaites, soit 90 % de victoires par rapport au 76,67 % pour Villeurbanne, son dauphin de la saison régulière.

Une Coupe de France est également remportée devant le BCM Gravelines de 8 points (82 à 74) ce qui vient enrichir le palmarès de la saison.

Résultat de recherche d'images pour "pau orthez 2003"

Florent Pietrus après la victoire en Coupe de France

PLAYOFFS : LA VOIE ROYALE VERS UN FINAL DE REVE

La première équipe que rencontre Pau Orthez est Le Havre, huitième de la saison régulière. Sans surprise, cette dernière sort de la compétition sèchement battue 2 manches à 0 sur les scores sans appel de 88 à 70 au Palais des Sport de Pau puis, de 86 à 67 au Havre.

En demi-finale, l’Elan Béarnais affrontera le BCM Gravelines-Dunkerque, quatrième de la saison régulière avec un bilan de 21 victoires pour 9 défaites.

Ces derniers ont éliminé au tour précédent Cholet 2 manches à 1. L’obstacle semble plus important pour les joueurs de Pau Orthez, mais le résultat est le même. Ils dominent leurs adversaires les éliminant en 2 manches sur des scores de 86 à 71 à Pau et de 89 à 79 au complexe Sportica de Gravelines. 4 matches – 4 victoires, l’Elan Béarnais est propulsé en finale du championnat de France. Place désormais au duel tant attendu, la revanche de la finale de la saison 2001 – 2002.

A l’image de la saison régulière, l’équipe de Villeurbanne connait plus de difficultés que Pau Orthez lors des playoffs, 6 matches pour arriver en finale avec 1 défaite contre le Paris Basket Racing en quart de finale et 1 défaite contre Le Mans en demi. L’Elan Béarnais est favori de la finale, mais devra se méfier de l’ASVEL championne de France en titre, dont l’effectif est composé de joueurs comme Robert Gulyas, Stevin Smith ou Simon Petrov.

28822672_10155579833912746_765399426_o (2)

L’ailier vileurbannais Andre Owens pris au piège par la défense de Boris Diaw et Mickael Piétrus

La première manche se déroule sans surprise avec une équipe paloise qui domine son vis-à-vis. C’est donc une victoire confortable de Pau Orthez au Palais des Sports de Pau de 22 points (95-73). L’Elan Béarnais est à 1 match d’être sacré champion de France et rien ne semble s’opposer à cette consécration. De nombreux observateurs prédisent d’ailleurs une victoire avec panache à l’Astroballe. 

Le deuxième match des finales sera le théâtre d’un des matchs historiques du basket français. Ce genre de rencontres qui vient contredire toute forme de logique, donne tout son charme au sport de haut niveau, dans lesquelles transpire un parfum de revanche et de fierté. Le scénario sera totalement contraire au pronostic des observateurs et supporters de l’Elan Béarnais, avec une défaite de 24 points, du jamais vu dans l’histoire des finales depuis la création des playoffs. Les joueurs de Pau Orthez se sont fait littéralement laminer. Par contre, les joueurs de  l’ASVEL touchés dans leur orgueil, ont réalisé une brillante prestation sportive à l’instar du meneur de jeu Slovène Simon Petrov qui scorera 28 points en 22 minutes.

Il y aura donc un match 3. C’est le match où tout va se jouer. Et si cette équipe de l’Elan Béarnais de Pau Orthez, si brillante jusque là, perdait finalement le titre de Champion de France. La réponse sera donnée le 28 juin 2003 au Palais des Sport de Pau.

28 juin 2003 – 20h30, le match débute dans un Palais des Sports survolté et plein à craquer. Boris Diaw enflamme la foule sur une action conclue par un dunk jordanesque main droite au cœur de la défense Villeurbannaise. Les équipes se jaugent et mettent l’accent sur la défense. Le match est serré, les joueurs de l’Elan Béarnais regagnent les vestiaires avec 2 points d’avance, grâce à un shoot à 3 points réussi au buzzer par l’enfant du pays Frédéric Fauthoux, qui harangue la foule en montrant son maillot. La deuxième mi-temps se joue de manière défensive fermée et acharnée.

Les joueurs de Pau Orthez creusent l’écart grâce à une interception de Mickaël Pietrus conclue par un dunk qui donne 12 points d’avance à la fin  du troisième quart temps. Nous assistons finalement à un résultat logique avec la victoire de Pau Orthez 74 à 66. L’équipe s’est remobilisée et a su répondre présente grâce à une défense de fer, un collectif retrouvé et un Dragan Lukovski de gala auteur de 16 points. Les supporters de l’Elan Béarnais en ébullition peuvent alors fêter le premier titre de champion de France acquis à domicile depuis 1996 et faire un triomphe à Boris Diaw et Mickaël Pietrus qui continueront leur carrière de l’autre côté de l’atlantique dans la prestigieuse NBA.

34258

L’équipe de l’Elan Béarnais en liesse après l’obtention du huitième titre de champion de France

Cette victoire est celle d’un président Pierre Seillant qui a su donner un nouveau virage à son club en donnant leurs chances aux jeunes tout en obtenant 2 titres de champion de France et une qualification pour les 3 prochaines éditions de l’Euroleague. C’est aussi malheureusement l’épilogue d’une période faste pour le club qui ne glanera ensuite qu’un seul titre en 2004.

Le basket français en général profitera de ce projet avec l’exportation de joueurs dans le meilleur championnat du monde et l’Equipe de France qui, grâce à une ossature composée entre autres de Boris Diaw et Florent Pietrus, obtiendra des médailles de bronze en 2005 et 2015 aux championnats d’Europe, une médaille d’argent au championnat du monde en 2014 et sera sacrée championne d’Europe en 2013.

Détachez vos ceintures et à bientôt pour un nouveau voyage dans le temps à travers la belle et riche histoire du basket!!

PARCOURS DE L’ELAN BEARNAIS EN PLAYOFFS

Quart de finale

  • Pau-Orthez – Le Havre     88-70
  • Le Havre – Pau-Orthez     67-86

Demi-finale

  • Pau-Orthez – Gravelines   86-71
  • Gravelines – Pau-Orthez   79-89

Finale

  • Pau-Orthez – ASVEL          95-73
  • ASVEL – Pau-Orthez          102-78
  • Pau-Orthez – ASVEL           74-66

LE RÉSUMÉ DE LA FINALE

Crédits photos :  Fédération Française de Basketball, Getty Images, Sud Ouest, Ligue Nationale de Basket

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Nicolas Woloszyn (2 Articles)
Je suis un passionné de basket, suiveur attentif de la NBA et du basket français depuis les années 90. Je suis fan de joueurs comme Michael Jordan, Magic Johnson, Penny Hardaway ou encore Stephen Curry. En France je suis supporter de l'Elan Béarnais.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.