Breaking News

[Portrait] Bryant Reeves, au ranch et cetera

Portrait

Montage Une : Laurent Rullier pour Basket Rétro

L’Histoire du basket et plus précisément celle de la NBA, n’est pas composée que de héros, mais parfois de beaux, de tragiques parcours, ou tout simplement de récits plus humains, plus fragiles. Bryant Reeves fait partie de ces derniers. Colosse au dos d’argile, il a lui aussi le droit à sa petite histoire dans la grande histoire de la NBA.

Bryant Reeves est à jamais dans les annales de la franchise éphémère des Vancouver Grizzlies mais avant cela, et pour bien cerner le personnage, revenons à ses racines. Et ce terme racine signifie quelque chose pour Bryant Reeves. Né le 8 juin 1973, à Forth Smith, dans l’Arkansas en plein cœur de l’Amérique agricole, il grandit néanmoins à Gans, petite bourgade située à quelques kilomètres de là, mais dans l’Etat voisin, l’Oklahoma.

Et ces quelques kilomètres changèrent tout pour lui. Bryant Reeves, gamin de l’Etat où le slogan est Labor Omnia Vincit (le travail conquiert tout), décida de s’inscrire à l’université d’Oklahoma State et joua pour les Cowboys de 1991 à 1995. Et du travail ce géant pivot de 2m13 et 130 kg, en fournit beaucoup. Si sa première saison aux Cowboys fut correcte avec une moyenne de 8,1 points et de 5,1 rebonds, dès la deuxième saison il s’imposa comme un joueur physique, bon défenseur (allant jusqu’à deux contres par match durant la saison 93-94) et aussi adroit tournant à près de 60% d’adresse à deux points.

BR1C’est au cours de son passage à l’université qu’on lui donna son surnom qui le suivit pendant toute sa carrière et même encore aujourd’hui « Big Country ». Un surnom hérité lors de son premier voyage en avion pour jouer un match à l’extérieur, lui, le petit gars de Gans, qui n’avait jamais quitté le plancher des vaches.

Lors de sa dernière année universitaire en tant que senior, Bryant Reeves réalisa le rêve d’amener son équipe jusqu’au Final Four de 1995, avec quasiment un double de moyenne lors de la saison.

Ce parcours plus qu’honorable lui permit de se présenter à la draft de 1995 et d’être attendu dans les premiers picks.

LE PIONNIER CANADIEN

28 Juin 1995, une date particulière pour Bryant Reeves et aussi pour Vancouver et sa franchise NBA, les Grizzlies. En effet, pour la première fois de son éphémère histoire canadienne, les Grizzlies participèrent à la draft. Cette ville connue pour sa proximité avec la nature, ne pouvait passer à côté de ce grand chêne, et c’est ainsi que Bryant Reeves fut choisi sixième lors de la draft 1995 et devint le premier joueur drafté de la franchise.

Dès sa saison de rookie il intégra le roster, et eu le temps de jeu nécessaire (un peu plus de 30 minutes par match) pour imposer son style, à savoir être un bon défenseur grâce à son physique costaud bien qu’assez lent, et un scoreur avec de bonnes mains, contrairement à ce que pouvait laisser penser son physique. Ce physique justement et plus précisément ses problèmes de poids chroniques ne lui ont jamais vraiment permis de progresser et de gagner en fluidité. Toutefois ces trois premières saisons furent plutôt bonnes et il n’était pas avare d’efforts quand il était sur la parquet. En dehors, il était quasi mutique devant les médias, et même auprès de ses coéquipiers.

Son embonpoint, dépassant parfois les plus de 130 kg, commença à être un réel frein pour sa carrière, surtout après le lock-out de 1998 où il revint en surcharge pondérale. Et dès 1998, les problèmes de santé s’accumulèrent, notamment de dos. Et à partir 1999, ses statistiques baissèrent tout comme son temps de jeu. Son statut de pivot titulaire fut également sur la sellette ne commençant à peine la moitié des matchs lors de sa saison 2000-2001. Malgré tout il eu parfois quelques fulgurances, comme le 13 mars 2000, face aux Supersonics où il réalisa un superbe 31 points (13/16), 12 rebonds et 4 passes.

Tout allait mal pour lui, mais une bonne nouvelle alla tout changer pour lui, en tout cas, il l’espérait. La franchise de Vancouver ne parvenant pas à un quelconque succès tant sportif que populaire et subissant une crise du dollar canadien, le couperet tomba et elle se vit transférer à Memphis.

Bryant Reeves était ravi, ce déménagement le rapprochait de sa terre natale. La pré-saison commença et deux matchs, deux petits matchs à peine, un autre couperet tomba, plus personnel. Le dos de Bryant Reeves l’immobilise totalement. Il ne pouvait plus du tout jouer, et c’est seulement au bout de six saisons qu’il prit la décision d’arrêter sa carrière précipitamment, et sans jamais avoir porté le maillot de Memphis en saison régulière.

BR2.jpg

ET AU MILIEU COULE UNE RIVIÈRE

Pour lui cette décision dû être pénible. En revanche, pour la franchise et pour la NBA cela se fit dans le plus grand des silences car Bryant Reeves c’était aussi un joueur en décalage avec la NBA. Tout au long de sa carrière, il fut moqué pour son embonpoint, et le fait d’avoir été bien souvent la victime de dunks fracassants sur sa tête pas très rock ‘n roll. Son allure de paysan, sa discrétion, son surnom « Big Country » le ramenèrent sans cesse à ses origines rurales loin d’une NBA plutôt urbaine et Hip Hop. Bryant Reeves était d’un autre monde. Preuve en est avec l’anecdote suivante, après avoir signé son gros contrat, à plus de 61,8 millions, une somme à l’époque, Bryant Reeves décide de s’offrir sa première folie, un tracteur. Big Country, l’iconoclaste.

Aujourd’hui, Bryant Reeves est propriétaire d’un ranch, à Gans bien sûr, où il vit paisiblement avec sa femme et éleva ses trois enfants. Bien loin du maillot de franchise player qu’il n’a jamais voulu porter et qu’on lui a adossé par accident, Il peut enfin porter sa salopette sans les moquerie d’usage, c’est cela qui fait de Bryant Reeves une histoire à son image, authentique.

SON PALMARÈS : 

  • 3 fois, All-Big Eight first-team selection
  • NBA All-Rookie second Team (1996)

SES STATISTISTIQUES : 

Crédits photos : tulsaworld.com

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About ThePenDontLie (4 Articles)
Mon premier article est sur Bryant Reeves, what else ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.