Breaking News

[Coup de cœur] En 2002, Chris Paul inscrit 61 points en hommage à son grand-père

High School

Il y a parfois des performances qui par leur signification vont bien au delà de l’aspect sportif. Celle réalisée par un tout jeune Chris Paul en 2002 fait indéniablement partie de cette catégorie. Afin d’honorer la mémoire de son grand-père assassiné, le futur meneur All-Star des Rockets décide d’inscrire 61 points. Soixante et un, comme l’âge de son aïeul lorsqu’il rendra son dernier souffle.

Le 14 Novembre 2002, l’horizon semble dégagé pour Chris Paul le jeune meneur de la West Forsyth High School en Caroline du Nord. Il vient en effet de signer un contrat pour intégrer les rangs de la solide et réputée université de Wake Forest. Un aboutissement pour le jeune homme et son entourage. Mais le ciel bleu va venir s’obscurcir assez rapidement au dessus de la tête de la famille Paul. En effet, le lendemain de cette grande nouvelle, un drame va venir secouer la tribu. Le grand-père de Chris est retrouvé sans connaissance à son domicile. Ligoté et laissé pour mort par des cambrioleurs, Nathaniel Jones finira par succomber à cette agression. Le choc est violent. Pourtant avec le recul Chris Paul fait preuve d’une grandeur d’âme déconcertante en déclarant plus tard qu’il pardonnait finalement les cinq bourreaux :

      » Ces gars-là étaient âgés de 14 et 15 ans à l’époque, avec toute la vie devant eux. Je voudrais pouvoir leur parler et leur dire : « Je te pardonne ». Franchement,  je déteste savoir qu’ils sont en prison pour une période aussi longue. Je déteste ça. »

Grand seigneur dans la vie et sur les parquets, Chris Paul avait déjà su à l’époque rendre un hommage vibrant et émouvant à son grand-père. Malgré la tristesse et la douleur d’avoir perdu ce parent dont il était particulièrement proche, Chris souhaite quand même être aligné pour le prochain match de son équipe. Il hésite un moment, et finalement avec la complicité de sa tante, ils effleurent ensemble la possibilité de faire les choses en grand. Inscrire un point par année de vie de son aïeul décédé, soit 61 afin de lui dédier ce match et saluer sa mémoire, voilà l’idée.

64855-chris-paul-star-power-prediction

Le projet semble irréel, pour Chris Paul lui même d’ailleurs. Son record de points inscrits culmine alors à 39 unités. Bien loin de l’objectif initial. Chris n’évoque pas ouvertement son plan. Il laisse le match et le jeu venir à lui. Il inscrit 24 points dans le second quart-temps, et dans le troisième, le match est plié en faveur de West Forsyth. Chris Paul prend les choses en main et joue tous les ballons. La rumeur commence à se propager dans le gymnase. Chris veut mettre 61 points pour honorer la mémoire de son défunt grand-père. Robin Paul, la maman de Chris n’en croit pas ses oreilles et se souvient avec émotion :

« J’ai commencé à entendre certains des enfants en parler, mais je ne les ai pas cru. Je veux dire, 61 points, allez. C’est juste presque irréel, donc je ne le croyais pas. »

 

Pourtant l’improbable est à portée de main. Il reste deux minutes à jouer, et le total de points de Chris Paul affiche un affolant cinquante neuf. Sur une énième pénétration, celui que l’on ne surnomme pas encore CP3 monte au contact et se fait projeter au sol. Le ballon rentre, et l’arbitre siffle faute. And one ! Le moment est intense, Chris met un petit moment à se relever. Il a réussi ce qu’il pensait impossible. Il lui reste à s’avancer sur la ligne des lancers pour le bonus. Mais Chris Paul a réussi son pari. Les 61 points sont atteints.

« Je suis allé sur la ligne des lancers francs, l’arbitre m’a donné le ballon et j’ai tiré un airball . Mon entraîneur m’a fait sortir. J’ai regarder en direction de mon père et j’ai commencé à pleurer. »

Le genre d’instant rempli d’émotion qui marque une vie. Chris Paul confirmera que cette journée, en plus de l’avoir rendu plus fort, l’aura beaucoup aidé à surmonter la douleur de cette cruelle épreuve. Exorciser ses démons par le sport, une thérapie saine et efficace si l’on en croit la trajectoire sportive de Chris Paul. Une trajectoire droite et rectiligne vers les sommets, qui rendrait forcément fier n’importe quel grand parent. Et cela, quel que soit l’endroit depuis lequel il veille sur vous.

crédits photos : viralhoops.com

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Waka Bayashi (91 Articles)
Enfant des eighties, c'est au début des années 90 que je découvre la NBA. En 1993 j'obtiens mon brevet des collèges grâce à l'épreuve de Géographie au cours de laquelle je localise les plus grandes villes sur la carte des Etats-Unis, en ajoutant entre parenthèses le nom des franchises de la ligue, en espérant secrètement quelques points bonus. Fan des joueurs avec un taux de trash-talking élevé (coucou Reggie Miller), j'ai intégré l'équipe de Basket Rétro afin que mes parents soient fiers de moi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.