Breaking News

[Dossier] Games of Porn :  Quand sexe et NBA ne font pas (toujours) bon ménage

Dossier

Samedi 3 octobre 2015 : En plein training camp avec les Grizzlies en Californie, Matt Barnes fait 150 km pour avoir une explication musclée avec son ancien coéquipier et alors, coach des Knicks, Derek Fisher. La raison ? Barnes vient d’apprendre que Fisher fricote avec son ancienne femme Glorian Govan, star de télé-réalité, qui plus est dans son ancienne résidence. Une affaire de plus qui vient compléter une liste longue comme le bras (ou autre ?) de Greg Oden d’anecdotes croustillantes sur le sexe et la NBA. Retour sur ces histoires qui pimentent le microcosme de la balle orange aux Etats-Unis, avec parfois des répercussions insoupçonnées.

LES CHAUDS LAPINS :

Lorsque l’on parle de performances individuelles sur le terrain, le premier nom qui vient à l’esprit est Wilt Chamberlain : 100 points sur une rencontre, 50,4 points sur une saison, l’échassier noircissait les feuilles de stats dans les années 60. Des performances hors-normes que l’on retrouvait aussi hors des parquets, le géant affirmant dans son autobiographie parue en 1991 « A view from above », alors qu’il avait 55 ans, avoir couché avec 20 000 femmes ! Un chiffre qui laisse songeur, quand on fait les calculs : en démarrant à 15 ans, cela lui ferait un total de 500 femmes par an, soit 1,4 par jour ! Il décède d’un arrêt cardiaque en 1999, ceci pouvant peut-être expliquer cela…magic-johnson-surrounded-by-women-on-the-beach

Des standards de Chamberlain, Magic Johnson a également avoué s’en être approché. Dans la biographie de Jerry West « West by West : My Charmed, Tormented Life », l’ancien GM a affirmé que Magic couchait avec 300 à 500 femmes par an avant qu’il soit diagnostiqué séropositif.  Pour West, le vestiaire des Lakers des années 80’s était quelque peu libéré, Magic amenant des femmes dans le sauna juste à après les matches et avant les interviews avec la presse.

Un jeu de débauche auquel un autre Laker s’est brulé : le 15 novembre 1990, les Rockets affrontent les Lakers mais James Worthy n’apparaît sur le banc qu’au 2nd quart temps ; Hollywood James a passé l’après-midi au poste et a été relâché juste avant la rencontre. La raison ? S’ennuyant dans son hôtel la veille de la rencontre, il a voulu « commander » deux prostituées à un réseau qu’il connaissait bien. Manque de chance, ce réseau a été démantelé quelques semaines plus tôt et Worthy se fera piégé par deux agents infiltrés. Relâché sous caution, il participera à la victoire des Lakers avec 24 points mais fera 0 sur 2 à 3pts : à l’image de sa nuit précédente.

Il faut dire que les tentations rythment la vie des joueurs NBA. Constamment en déplacement, le sexe à toujours été un passe-temps pour occuper les veilles de matchs. Ajouter à cela une notoriété qui en font des cibles pour certaines « femme à athlète », la tentation touche tout le monde, même ceux que l’on pense plus « sage ». Dans son autobiographie « Got to Give the people what they want », Jalen Rose explique comment, lors de son année de Rookie, Dikembe Mutombo l’appelait au beau milieu de la nuit pour qu’il aille lui acheter des préservatifs, taille Magnum évidemment…

Et même en fin de carrière, dur de retrouver une libido normale après tant de sollicitation. L’ancien coach des Knicks et Laker, Kurt Rambis, en a fait les frais lorsque son compte Twitter a été exposé au grand jour en début d’année ! Jusqu’ici rien d’anormal sauf que ce bon Kurt  a notamment aimé publication de « assdaily » ou l’on voit une jeune asiatique se masturber… pas classe !

LES LIAISONS DANGEREUSES

rambis2Comme certains observateurs l’affirment, toutes les embrouilles de vestiaires ont comme point de départ les femmes ou les cartes. Et si en 2009, l’affrontement entre Gilbert Arenas et Javaris Crittenton, qui verra la suspension des deux joueurs après qu’ils aient apporté des armes dans le vestiaire des Wizards, était due à une partie de carte qui a dégénérée, de nombreuses histoires ont comme point de départ une, voir plusieurs femmes.

La plus connue de toutes est sans équivoque Madonna. Réputée pour un palmarès aussi fourni que le frigo d’Eddy Curry, on lui prête des histoires avec entre-autre Brian Shaw, Charles Barkley ou encore John Starks. Mais c’est bien son aventure avec Dennis Rodman qui a défrayé la chronique en 1994. Une histoire de quelques mois qui sèmera la zizanie dans le vestiaire des Spurs. The Worm décriera crûment certains détails de leur relation dans « Bad As I Wanna Be » paru en 1997 (notamment le jour ou Madonna a forcé Rodman à prendre un avion de Vegas à New York pour lui faire l’amour).

ao8sh4ja7vsnlvf9z4sr

Quelques années plus tard, c’est une autre Pop Star qui aura raison d’une des équipes les plus prometteuses de la ligue : les Dallas Mavericks emmenés par les 3J, Jason Kidd, Jim Jackson et Jamaal Mashburn. Toni Braxton, connue notamment pour son tube « Unbreak my Heart », a eu la bonne idée de planter Jason Kidd un soir de novembre 1996 à Atlanta pour passer la nuit avec …. Jim Jackson. Un ménage à 3 qui fera exploser les Mavs en plein vol, Kidd demandant le trade de Jackson dans la foulée.

kidd_braxton_jackson

2010 sera également une « belle » année pour les histoires de sexes en NBA qui commencera par la fuite de la photo du pénis de Greg Oden sur les réseaux sociaux. Suivra la croustillante rumeur de relation entre Delonte West et  la maman de Lebron James dans la foulée du nouvel échec des  Cavs en finale de conférence, pour finir sur l’affaire des sextos présumés de Tony Parker à Erin Barry, femme de Brent… une fin de décennie mouvementée.

LES DÉRAPAGES INCONTRÔLÉS 

Si certaines de ces histoires peuvent faire sourire, d’autres joueurs se sont retrouvés dans des scandales sexuels graves, voir dramatiques pour certains.

Fin des 90’s, Steve Kaplan, propriétaire du Gold Club à Atlanta est arrêté : il est accusé  d’organiser un réseau de prostitution dans les salles arrières de son club. Parmis ses clients, de nombreux joueurs NBA comme Patrick Ewing qui viendra témoigner au procès et avouera avoir eu droit à deux reprises à des faveurs orales dans le club, mais aussi John Starks, Dennis Rodman ou encore Charles Oakley.

Une histoire hyper médiatisée, seulement quelques années après l’affaire Marv Albert qui verra le célèbre commentateur, accusé d’avoir fait preuve d’un peu trop de mordant…. Fin des années 1990, deux femmes accuseront Albert de violences, morsures répétitives dans le dos et incitation au sexe. L’une d’elle avouant s’être défendu en arrachant la perruque d’Albert !  Il sera reconnu au final non coupable lors d’un verdict polémique et retrouvera son poste quelques années plus tard.

Nombreuses sont les stars NBA qui seront au fil des ans impliqués dans des scandales sexuels, de Ruben Paterson et son agression présumée envers la nounou de ses enfants, à Kobe Bryant accusé de viol par une hôtesse d’Edwards en 2003. Une polémique et un procès qui verra le Lakers faire de nombreux aller-retour au Colorado lors de la saison 2003-04. Certains expliqueront que ces distractions auront un impact sur l’échec des Lakers en finales cette année-là face aux Pistons, l’un des plus gros upset sur les 30 dernières années.

Kobe

L’histoire la plus glauque est probablement celle d’Eddie Johnson. On parle ici de « Fast Eddie » Johnson, All-Star avec les Hawks en 1980 et 1981 actuellement emprisonné pour des agressions diverses sur des femmes, et même sur des fillettes de 12 ans et 8 ans. Son homonyme, Eddie Johnson, ancien meilleur 6ième homme en 1989 et connu pour son buzzer-beater incroyable avec les Rockets face aux Jazz en 1997, a d’ailleurs plusieurs fois été à tort confondu avec Fast Eddie.

Ce fût notamment le cas en 2006 lors d’une nouvelle arrestation de Fast Eddie, ou la photo de l’ancien Kings a malencontreusement été diffusé à la TV. « Le pire jour de sa vie » pour le bon Eddie Johnson qui a vu sa réputation salie, à tort.

LES MODÈLES DANS LE GENRE

Fort heureusement, certains joueurs se montrent en exemple de pureté : le plus bel exemple est bien sûr A.C. Green. Iron Man sur les parquets, il détient le record du nombre de rencontres jouées de suite avec un total impressionnant de 1192 matchs ! Son secret ? Une virginité à toute épreuve, Green ayant avoué être resté vierge tout au long de sa carrière NBA. Un exploit d’autant plus impressionnant qu’il début sa carrière à Los Angeles ! Lors de sa saison de Rookie, Magic Johnson a même tenté de dévergonder Green, en pariant 600$ qu’il ne tiendrait pas deux mois sans toucher une femme. Et pour arriver à ses fins, Magic envoyait de superbes femmes dans la chambre de Green lors de déplacement. Sa façon de résister à la tentation ? « Je récitais des prières encore plus fort » répondait Green.

1461350894682

Célibataire pendant trois années, Michael Redd, l’ancien All-Star des Bucks est également un modèle de résistance. Il ne cédera jamais aux avances des différentes femmes ce qui rendait ses coéquipiers fous. Certains pensaient même qu’il était gay ou effrayé du sexe. Une période de disette de 3 an et demi qui au final forcera le respect : « On en rigolait avec Mike, mais nous n’avons jamais douté de lui. Vous ne pouvez que respecter sa décision » commentait alors Mo  Williams.

Autre joueur qui ne cédera pas aux avances, l’ancien Pacer Mark Jackson. Lors du procès du Gold Club évoqué plus haut, son nom est également ressorti de manière positive. Un jour, Steve Kaplan a envoyé 3 femmes à la porte de la chambre de Mark Jackson. Action Jackson a gentiment refusé la proposition « Non merci, je suis marié, et très heureux de l’être ». Une passe étonnamment ratée par le spécialiste du genre.

Au final, dire que le sexe joue un rôle prépondérant dans la vie d’un athlète NBA est un euphémisme. Entre le rythme soutenu de la compétition, les tentations fréquentes en déplacement et des hormones en ébullition, de simples histoires peuvent rapidement dégénérer si le joueur n’a pas la tête sur les épaules. Fort heureusement, certaines histoires se finissent plutôt bien, puisque le meilleur backcourt actuel en NBA est le fruit de relations d’anciens joueurs NBA, Dell Curry et Michal Thompson.

Montage Une : Laurent Rullier pour Basket Rétro

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Jay Swan (49 Articles)
Twitter : @junkyardswan

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.