Breaking News

[Infographie] La March Madness, comment ça marche ?

Infographie

Aujourd’hui pas de cours d’Histoire, mais un peu de calcul et de la géo… Nous allons tenter de décrypter le déroulement au combien complexe d’une saison NCAA. Alors, soyez attentifs, car ce n’est pas simple. Sortez vos cahiers et stylos. Il faudra prendre des notes.

Posons les bases… Patrick, tu n’est pas dans un vestiaire, alors ranges ton smartphone… Hors donc ! La NCAA ! La National Collegiate Athletic Association. Dotée d’un budget de 6 milliards de $, elle gère les compétions sportives universitaires États-uniennes. Tout le sport : foot US, gym, natation, golf, etc… donc le basket.

Il existe trois divisions nationales elles-mêmes divisées en Conférences… Oui, Patrick, comme en NBA, enfin presque. À vrai dire, il y en a beaucoup plus que deux et elles regroupent moins d’équipes. Une douzaine en général, mais certaines n’en ont que huit, d’autres quatorze, enfin regarde l’infographie et tu verras. Tu noteras également que dans le domaine de la cohérence géographique c’est parfois très aléatoire. C’est dû au fait qu’elles ont été crées à des époques différentes… Bref, tu m’ennuies avec tes questions… Où j’en étais ? ! Ah oui ! Trois divisions nationales donc ! Mais n’allez pas imaginer des montées descentes à l’européenne et des accessions au mérite. Les critères sont : la qualité des structures sportives, le programme athlétique, les finances de la fac, son prestige… Car les Conférences sont omnisports. Les équipes d’escrime, de foot US, de Lacrosse ou de basket évoluent dans la même Conférence. Difficile dans ce cas d’instaurer des montées descentes si vous êtes nuls en basket hommes mais champions en soccer filles.

On peut malgré tout monter ou descendre, voire changer de Conférence. Soit selon le bon vouloir des hommes en gris qui dirigent l’institution sportive universitaire la plus puissante du monde. Soit par des demandes de facs ! Dans ce cas, c’est dossier, enquête, réunion, évaluation et blabla et blabla… On est autant dans l’administratif que le sportif. En 2011, par exemple, BYU qui était une très bonne équipe dans une Conférence… Disons pas terrible…. La Mountain West… était transféré dans la West Coast, meilleure mais où les méga costauds de Gonzaga dominaient trop. Ainsi, ils ont renforcé la WCC. Mais on affaiblissait aussi la MWC. On vit dans un monde sans pitié. Autre cas, le changement de division. Il y a longtemps, en 1951, les champions sortants, les CC New York Beavers, ont été pris dans un scandale de paris truqués. Le programme sportif de cette université ne s’en est jamais remis et a tellement décliné les années suivantes qu’ils évoluent aujourd’hui en Divison 3.

Louisville

Les Cardinals de Louisville célèbrent le titre 2013

Mais tenons-nous en aux riches et puissants, l’élite de la D1… Je sais Patrick, le sport c’est souvent qu’une affaire de fric, même en amateur, même en universitaire… La D1 : 351 équipes réparties en 32 conférences au niveau très inégal. Que pèsent les faibles North East ou Ohio Valley face aux mastodontes Atlantic Coast,  Big 10 et PAC 12 ? En 76 ans seuls 12 conférences ont abrité des champions nationaux. Cinq teams de l’Atlantic Coast, (Duke, North Carolina, North Carolina State, Louisville et Syracuse), totalisent 16 titres.

Comment se déroule le championnat ? Écoutez bien. Durant l’automne ce ne sont que des matchs « amicaux » organisés par les Coachs eux-mêmes avec interdiction d’affronter des équipes de leur Conférence. Là il ne faut pas se tromper, car ces matchs « amicaux » peuvent avoir leur importance… plus tard.  Donc, un « fort » a-t-il intérêt a rencontrer un « faible » ? Peut-être. Pour mettre en place son jeu sans trop de risques. Mais surtout un « faible » a tout à gagner à performer contre un « fort ». On verra pourquoi après.

Ensuite durant l’hiver, mini championnat au sein de chaque Conférence. En match aller-retour ou en match sec,ça dépend des circonstances.

On finit par un tournoi, le premier contre le huitième, le deuxième contre le septième, etc… Le vainqueur est qualifié pour la March Madness.

32 conférences. 32 champions de conférence. Donc 32 qualifiés pour le rush final. Oui mais, comme il en faut 64, il en manque autant… En effet Patrick, on pourrait qualifier le deuxième ou le finaliste du tournoi de Conférence… Et bien non !

Là se réunit un comité de 10 personnes, (des directeurs de programme sportif, Athletic Directors en anglais,  et des commissaires de Conférence), élus pour cinq ans, qui délibèrent et choisissent arbitrairement les heureux élus. Notons qu’un de ces messieurs, (car ce sont très majoritairement des hommes, quinquagénaires blancs de préférence), est prié d’aller boire un café si l’on discute du cas qui concerne sa fac, pour les directeurs, ou sa Conférence pour les commissaires. Selon quels critères? Statistiques, calculs obscurs, historiques des équipes… Mais avant tout ces gens regardent non seulement de très près les résultats de la saison écoulée, mais également ceux de la présaison. On y revient à ces matchs « amicaux » de l’automne. Un éjecté d’un des tournois de qualif peut se voir repêcher par le comité pour ses excellents résultats de pré-saison… Quoi encore Patrick ?… Je suis d’accord, c’est tordu et parfois injuste comme système… Mais réfléchit un peu. Franchement !  Est-ce que le deuxième de la très modeste Mid-American mérite plus que la troisième du monstre Big 10 ? Et oui… On peut se poser la question. Mais je vous rassure, tous les ans les forums s’enflamment sur la présence ou non des Grisemine State Cockroachs, ou des Bouzy-ze-Campagnols U. Toads. C’est même un marronnier de début mars de faire des débats à ne plus en finir sur la sélection du comité. Juste ou injuste, en tout cas on a nos 64 équipes !.. Eh bien non.

D’abord, notre comité n’a pas choisi 32 équipes mais 36. 36 ! Pourquoi ? J’en sais rien ! 32 qualifiés à la loyale plus 36 heureux élus, ça fait 68. Et pour faire des 32ème de finale, il faut donc en sortir 4. Pour cela nos quinquas blancs cravatés de la NCAA ont créé le First Four. Un mini-tournoi opposant les quatre vainqueurs des Conférences les plus faibles au quatre plus mauvais bilans du lot. Quatre matchs en un lieu unique. Les perdants rentrent à la maison. Un moyen de sortir les vainqueurs des Conférences de clampins ? Sans doute.

Ça y est. On a nos 64. C’est bon ? On peut tous aller à Houston où sera sacré le champion 2016… Et bien non !

Enfin si en ce qui concerne la formule. Une formule couperet en un match sec. Terrifiant ! Vous avez beau avoir dominé la pré-saison de la tête et des épaules, écrabouillé la saison régulière, survolé le tournoi de votre Conférence super balèze… Mais si le jour J du 32ème vous n’êtes pas aux mieux, votre clutch player a la grippe, votre meneur titulaire vient d’apprendre que sa girl friend lui a fait un têtard dans le dos… Rigole pas Patrick, on verra quand ça t’arrivera… Et qu’en face les bolos de la Northwest Nullos Conference ont les crocs qui rayent le parquet. Zoouuu… Direct going back home ! C’est la magie de la coupe !

Texas W Miners 1966

Le binoclard qui n’a pas joué la finales et ses potes noirs ont privé UK du titre en 1966.

Et tous les ans, on a droit à ce genre de belle histoire de la Cindarella… l’équivalent du Petit Poucet chez les Caincains… qui bouffe le chevalier invincible. Et Cendrillon parfois, elle va même jusqu’au bout. Elle décroche la timbale. Les Texas Western Miners en 66 par exemple, qui ont fait un bel accro dans l’incroyable série d’UCLA. Mais le problème n’est pas là. Là où ça se complique un peu, c’est au niveau géographique. Sortez vos Altas !.. Oui Patrick à la page Etats-Unis. On joue au basket au Bouthan ?.. Je vous ai parlé des régions ? Non ? Bon !  On organise pour la fête finale un découpage en quatre régions : East, West, Midwest, South. On divise 64 par 4… Non Patrick pas la peine de sortir ta calculette… ça fait 16. On regroupe donc par paquets de 16 et à chaque paquet sa région. Je suppose qu’on tient compte des origines géographiques des équipes… quoique ? Et pour le second et troisième tour, (Le First Four était considéré comme le premier tour), les 32e et 16e de finale donc, on répartit les quatre paquets sur différents sites.

Fastoche me direz-vous. On choisi quatre villes, une dans chaque région et… et… Et bien non !

Prenons la saison dernière en exemple, 2015. Huit sites ont été retenus pour les 32e et 16e. Et oui. On divise donc chaque paquet de 16 par deux et suivant les régions, on… et bien non !

Seattle. Seattle, regardez sur la carte, on peut difficilement faire plus au Nord-Ouest des USA. Eh bien, Seattle a reçu quatre équipes de l’East Regional et quatre de la South Régional… Ouiii Patrick… Je sais c’est idiot. Mais c’est comme ça… Et c’était pareil pour Pittsburgh, Charlotte… Ah… Jacksonville ! Floride ! Jacksonville n’a accueilli que des teams de la même Région… la West Regional ! Ouest ! Floride ! Regardez votre atlas. Bonjour le bilan carbone.

NCAA Finale 2014

Dallas 2014, 79 444 spectateurs en finale.

Passons aux 8e, joliment dénommées Sweet Sixteen et aux quarts, pompeusement surnommées Elite Eight. Direction l’aéroport car on bouge. Mais là on regroupe sur quatre sites. Une région par site. L’an dernier l’East s’est retrouvé à Syracuse, logique. Le Midwest à Cleveland, pourquoi pas ? Le South à Houston et le West à Los Angeles, normal. Et enfin, les quatre survivants ont gagné le droit de reprendre l’avion pour se rendre sur le lieu du Final Four, Indianapolis en 2015. Et là… enceinte éééénooorme, (cette année le Reliant Stadium de Houston, 72 000 spectateurs), deuxième plus gros évènement télé US derrière le Superbowl, les fans qui ont le courage, et le pognon, de vous suivre dans votre périple, les filles qui vous regardent avec des yeux de grenouilles mortes d’amour… Bref la folie. La folie de mars !

Infographie March Madness

 Montage Une : Laurent Rullier pour Basket Rétro

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Laurent Rullier (59 Articles)
Le premier match de basket que j'ai vu en live était un Alsace de Bagnolet vs ASVEL. Depuis la balle orange n'a pas arrêté de rebondir dans ma p'tite tête.

1 Comment on [Infographie] La March Madness, comment ça marche ?

  1. the hoop immigrant // 23 mars 2017 à 11 11 46 03463 // Réponse

    un classique!
    Génial j’ai tout compris
    Merci LAURENT!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.