Breaking News

[NCAA] Kevin Johnson, California Love (1983-1987)

NCAA

La Californie compte beaucoup aux yeux de Kevin Johnson. Devenu maire de Sacramento, c’est au sein de cet Etat qu’il s’est formé en tant que basketteur. Basket Retro revient sur les jeunes années basket de l’ancien meneur des Phoenix Suns, 50 ans depuis le 4 mars dernier.

Le 4 mars 1966, Georgia West et Lawrence Johnson donnent naissance à  un petit garçon prénommé Kevin. Agé de trois ans,  son père décède dans un accident de bateau, une personne qu’il ne connaitra pas. Grandissant dans le « quartier du diable » à Oak Hill près de Sacramento, sa ville de naissance, Johnson intègre le lycée de cette capitale californienne, lieu où il s’adonna au baseball et au basketball. Au sein de cet établissement, il démontre ses qualités de basketteur en signant 32,5 points de moyenne puis est nommé logiquement « Northern California Player Of The Year ».

Kevin Johnson - California Golden Bears (c) calbears.com

Kevin Johnson – California Golden Bears (c) calbears.com

En 1991, Johnson qui évolue en NBA assista au retrait de son maillot du lycée. Son jersey du numéro 11 est suspendu sur le mur du gymnase sous une bannière Converse, la marque de chaussure qu’il portait pour jouer. Bob Honda, coach au lycée de Sacramento lui avait rendu un bel hommage par ses paroles qu’il prononça : « A Phoenix, le 7 est le paradis, mais au lycée de Sacramento, le 11 sera toujours Kevin ».

SON ARRIVÉE CHEZ LES GOLDEN BEARS

L’Université de Californie (Cal) à Berkeley et son coach Dick Kuchen ne passe pas à côté de ce talent et lui offra une bourse pour rejoindre cette fac. Convoité par Arizona, Oregon State et Washington State, Kevin Johnson accepta de rejoindre le roster des Golden Bears, surnom de la fac de Californie. 3 raisons ont convaincu alors le meneur de rejoindre Berkeley, les fameux 3P :

  • Proximité : la fac est située à 90 miles de Sacramento, en voiture il peut profiter de sa famille les weekends.
  • Pac-10, conférence dans laquelle évolue la fac de California dans le championnat NCAA : il voulait jouer dans la meilleure conférence de l’Ouest des Etats-Unis
  • Prestigieux programme académique : une éducation de grande valeur est proposée par California

Si sa première saison en 1983-1984 est plutôt correcte (9,7 points, 3 rebonds et 2,3 passes en 28 matchs), KJ le meneur va se surpasser et faire gonfler ses stats les années suivantes, preuve d’un énorme degré d’implication sur le terrain :

  • 1984-1985 – Sophomore : 12,9 points, 3,9 rebonds et 4,1 passes
  • 1985-1986 – Junior : 15,6 points, 3,6 rebonds et 6 passes
  • 1986-1987 – Senior : 17,2 points 3,9 rebonds et 5 passes
Kevin Johnson - California Golden Bears (c) bearinsider.com

Kevin Johnson – California Golden Bears (c) bearinsider.com

Au cours de ses deux premières années chez les Golden Bears, Johnson a fait étalage de ses qualités de vitesse, un aspect qui deviendra son point fort ultérieurement en NBA avec les Phoenix Suns. En décembre 1995, année où Johnson joue pour Phoenix, Kuchen imaginait fortement que son ex-protégé pouvait aller très loin dans le basket : « Les gens me demandaient si j’ai déjà pensé que Kevin pouvait atteindre le niveau qu’il a en ce moment. Honnêtement je peux dire qu’en voyant sa manière de se développer en tant que joueur durant les deux années où je l’ai coaché, je savais que c’était possible ». (source : suns.com)

Et quel niveau NBA atteint par Kevin Johnson après la sortie de la fac. Si on s’en tient seulement à ses quatre saisons avec Phoenix de 1988 à 1992, le meneur aligna ces années-là quatre double-double de moyenne à l’issue de la saison régulière :

  • 1988-1989 : 20,4 points et 12,2 passes en 81 matchs
  • 1989-1990 : 22,5 points et 11,4 passes en 74 matchs
  • 1990-1991 : 22,2 points et 10,1 passes en 77 matchs
  • 1991-1992 : 19,7 points et 10,7 passes en 78 matchs

Lors de sa saison Junior, KJ apprend l’arrivée d’un nouveau head coach à Cal. Kuchen cédant alors sa place à Lou Campanelli.

La relation entre ces deux hommes en 85-86 est tendue comme le dévoilera Campanelli « Il y avait conflit en raison de nos deux personnalités ». Sous ses ordres, Johnson est amené à ralentir le jeu, à parfaire son shoot à 3-points, soit une autre option en attaque à privilégier que le jeu en pénétration. Deux autres points sont primordiales pour coach Campanelli et à faire bosser pour son meneur : la passe et la défense. Campanelli ne cache pas qu’il est ravi de l’évolution attendue par Johnson : « les progrès effectués depuis que nous l’avons hérité jusqu’au jour où il est parti sont remarquables ».

Lors de ses deux dernières saisons, il fera partie de l’équipe-type de la Conférence Pac-10. En senior, Kevin Johnson rentre dans l’histoire en devenant le premier joueur de la Pac-10 à réaliser un triple-double. Contre Arizona, il signe le 22 janvier 1987 22 points, 10 rebonds et 12 passes. Avec Johnson, les Golden Bears joueront successivement deux fois la National Invitation Tournament, une première depuis 26 ans : 1986 et 1987. Il s’agit d’un tournoi post-season organisé par la MIBA (Metropolitan Intercollegiate Basketball Association) en même temps que la March Madness NCAA.  Lors de la NIT 1987, Johnson réussit un super match : 27 points contre Cal State Fullerton le 13 mars.

DANS L’HISTOIRE DE CALIFORNIA

Kevin Johnson - California Golden Bears (c) getty

Kevin Johnson – California Golden Bears (c) getty

Son nom résonne chez les Golden Bears au terme de sa formation universitaire. Après 4 années à dépenser son énergie sur le terrain, Johnson était devenu le meilleur scoreur (1655 points, record battu après le passage de Lamond Murray en 1991-1994), meilleur passeur (521) et intercepteur (155) en 118 matchs joués.

5 ans après son départ de l’université de Californie, Johnson reçut un hommage appuyé par son équipe universitaire. Son maillot floqué du numéro 11 est retiré, une première dans l’histoire des Golden Bears. Cela s’était déroulé en 1992, les Phoenix Suns jouent alors un match de présaison en octobre contre les Golden State Warriors à Cal’s Harmon Gym à Berkeley (rebaptisé depuis le Haas Pavillon). Charles Barkley, nouvelle recrue des Suns, cette saison-là avait pris un paquet de t-shirts sur lesquels était visible le portrait de Kevin Johnson et l’a lancé vers les fans, présents à cette occasion.

Passionné par le baseball, Kevin Johnson intégrera aussi l’équipe des Golden Bears dans cette discipline sportive. L’équipe des Athletics Oakland en Major League Soccer le sélectionnent en 1986 au 23è tour de la draft. Il s’exercera au baseball en jouant des matchs en ligue mineure à Modesto, une ville de Californie. Johnson délaissa la petite balle blanche et la batte pour se consacrer pleinement au basket.

En 1987, lors de la draft, les Cleveland Cavaliers le sélectionnent en 7ème position. La logique aurait voulu que Kevin Johnson porte la tunique des Sacramento Kings ou d’un autre club californien. Alors qu’il entamait sa toute première saison NBA, le jeune rookie quitta déjà la franchise de l’Ohio qui le transfère aux Phoenix Suns. Johnson arrive alors en Arizona le 28 février 1988 en échange de Larry Nance. L’Arizona rappelle un bon souvenir sportivement à KJ, auteur d’un triple-double contre cette fac comme nous l’indiquions précédemment.

KJ s’épanouira pleinement avec les Suns. Après sa carrière de basketteur, il en mène une autre, celle de politicien. Depuis le 4 novembre 2008, le même jour où Barack Obama est élu président des Etats-Unis, il devient le maire de Sacramento, poste qu’il occupe toujours actuellement.

Le titre de l’article vous rappelle forcément un morceau du rappeur 2Pac. Un titre de chanson qui colle bien à la vie qu’a vécu Kevin Johnson en Californie jusqu’à maintenant. Les paroles, très familières, un peu moins. A coup sur, il n’hésite pas à clamer son amour pour Sacramento, ville où il a vu le jour.

PORTRAIT DE KEVIN JOHNSON A LA DRAFT DE 1987

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Richard Sengmany (404 Articles)
Découvrant le basket dans les années 90 grâce à la diffusion des matchs NBA sur Canal+, je rédige depuis plus de dix ans des articles sur la balle orange, sur d'autres disciplines sportives et la culture.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.