Breaking News

ITW Alex Biggerstaff : « Ma Chaîne Sport est une vraie chaîne de Basketball »

Intervuew

Basket Rétro a eu le privilège de s’entretenir avec le journaliste franco-américain de Ma Chaîne Sport : Alex Biggerstaff. Il revient pour nous sur sa passion du Basket français et sur l’acquisition par le groupe SFR-Numéricable des droits de diffusion de celui-ci. (Pro A, Pro B, ligue féminine de Basketball, All-Star Game, matchs amicaux de l’équipe de France). 

Basket Rétro : Le 04 août 2015, nous avons appris que Ma Chaîne Sport devenait le diffuseur officiel du Basket français, est-ce une grande nouvelle pour le développement de la chaîne 

Alex Biggerstaff : C’est une très grande nouvelle. C’est seulement la deuxième fois que nous allons couvrir la première division d’un sport français. C’est un championnat majeur en France et tous les moyens ont été mis à notre disposition afin de le promouvoir dans son ensemble, nous pouvons faire quelque chose de grand. Avec l’acquisition de ces droits en plus de ceux de la NCAA,  nous pouvons affirmer que nous sommes une vraie chaîne de Basketball.

BR : Quels sont vos objectifs ?

AB : Nous voulons faire quelque chose de populaire afin d’impliquer au maximum les téléspectateurs, mais aussi les fans locaux, grâce au travail qui sera fourni sur place durant les rencontres. Par mes origines, je vais essayer d’apporter une petite touche américaine à l’image, tout en respectant les fondamentaux de la Pro A. Au niveau économique, le groupe SFR-Numericable va également nous permettre de toucher un grand nombre de téléspectateurs via les réseaux mobiles, c’est un grand avantage pour toute notre équipe.

BRParle-nous de ton implication dans ce dossier et quel va être ton rôle ?

AB : Mon rôle sera le même que j’ai depuis que je suis arrivé à la chaîne en 2011. Un peu touche à tout. Tout en gardant la main sur la NCAA, je serais à l’occasion: commentateur (LFB, Pro A, etc…), journaliste terrain (match du samedi soir) et chef d’édition sur le talk show du lundi soir. Je dis officiellement adieu à mes week-ends mais c’est clairement pour la bonne cause.

BR : A l’image d’une équipe de Basket, vous allez devoir vous renforcer. Quelles sont vos nouvelles recrues ?

AB : Nous sommes ravis de pouvoir accueillir des personnes qui vont vraiment apporter un souffle nouveau, c’était d’ailleurs important pour les dirigeants de la chaine. Emmeline NDongue-Jouanin sera la consultante pour le basket féminin (LFB) avec qui j’aurais le plus grand plaisir de couvrir les matches. Johan Passave-Ducteil, qui va vraiment nous apporter sa connaissance de la Pro A (en tant que joueur encore en activité) tout comme l’ancien sélectionneur de l’Equipe de France, Claude Bergeaud et l’ancien international Makan Dioumassi. Enfin, la petite surprise, d’environ 1m98, Mike Pietrus, qui sera notre tête d’affiche pour les matches amicaux de l’Equipe de France après l’Euro. Du côté de mes confrères, je suis heureux de pouvoir profiter de l’expérience et du savoir faire que vont apporter David Vengerder et Patrice Dumont à notre famille basket.

mcs

Mickaël Piétrus, Claude Bergeaud, du pivot Johan Passave-Ducteil, Emmeline Ndongue-Jouanin, Makan Dioumassi, Patrice Dumont et David Vengerder composent la Team Basket MCS

BR : Explique-nous le choix de ces consultants.

AB : Emmeline NDongue-Jouanin est forcément mon coup de cœur car je vais travailler en duo avec elle sur la LFB mais surtout parce que c’est le premier nom que j’ai soumis à mon rédacteur en chef. Je l’avais vu sur Canal+/Sport+, je connais bien sa carrière et c’est une personne vraiment impliquée, disponible et gentille. Johan Passave-Ducteil, récent champion de France en 2013, encore en activité et bien connu de la Pro A. Cela ne peut être qu’un + pour nous. Ce genre de profil est extrêmement rare et il va vraiment animer les soirées LNB de l’antenne comme il se doit. Claude Bergaud amènera ses connaissances et son vécu, le profil plus que légitime de coach et de sélectionneur, c’était important d’avoir un profil comme le sien au milieu, il faut bien le dire, d’une brochette de consultants extrêmement jeune. Makan est celui que je connais un petit peu moins mais son association avec Claude Bergeaud dans le talk-show du lundi soir devrait apporter une vraie plus value. Mike Pietrus a suffisamment prouvé de part son palmarès et sa carrière qu’il était un choix évident pour mettre en lumière l’Equipe de France. Il apportera sans doute un regard décalé sur l’actualité et les matches. Un groupe nouveau mais complet, jeune et expérimenté à la fois qui sera le cœur de notre nouvelle grande aventure.

BR : La Pro A souffre de la comparaison avec la NBA, comment ce retard peut-il être comblé ?

AB : Je ne pense pas qu’opposer la NBA et la Pro A soit une bonne chose. La NBA a toujours été à part, c’est le meilleur championnat du monde sans aucune contestation. La force de la Pro A réside dans le fait que des jeunes joueurs en quête d’expériences, venant pour certains de N.C.A.A, côtoient des vieux roublards du continent. Au début de la saison, tu penses la connaître à merveille et il y a toujours de belles surprises, avec des jeunes qui explosent ou des anciens qui retrouvent une seconde jeunesse. Ce championnat est une plaque tournante du Basketball européen, il permet aux joueurs de bénéficier d’une belle exposition et je pense que les gens se méprennent sur son véritable niveau.

BRLa connaissance de l’histoire d’une ligue est essentielle à sa compréhension, est-ce un aspect que vous allez travailler ?

AB : Absolument, on ne peut pas traiter un championnat aussi riche en histoire que la Pro A sans y faire référence. On n’oublie pas les personnes qui ont fait son histoire et nous ne voulons pas les laisser de côté. C’est une volonté de nous journalistes, mais aussi des dirigeants de la chaîne.

BR : Avez-vous prévu de réaliser une série documentaire, à l’image de ce que peut faire ESPN, pour retracer l’histoire de la pro A ? 

AB : Pas à ma connaissance mais cela serait vraiment génial.

BR : Le Basket féminin sera également à l’honneur, es-tu surpris par l’engouement qu’il suscite ? 

AB : Pas du tout. L’équipe de France féminine réalise des performances incroyables et c’est un juste retour des choses. À l’image des hommes, elles sont en train d’écrire les plus belles pages de leur histoire. En championnat, il va avoir beaucoup de choses intéressantes à suivre, notamment la période de transition entre l’ancienne et la nouvelle génération, de nouvelles joueuses vont se révéler et cela va être très intéressant à suivre.

« Absolument, on ne peut pas traiter un championnat aussi riche en histoire que la Pro A sans y faire référence. On n’oublie pas les personnes qui ont fait son histoire et nous ne voulons pas les laisser de côté. »

BR : Quelle place va-t-il occuper sur votre antenne ? 

AB : Une quinzaine voir vingtaine de matches sur la saison, de l’Open LFB jusqu’à la finale. Emmeline sera là pour bien défendre ce terrain et je l’aiderai bien évidemment pour cela.

BR : Strasbourg-ASVEL sera votre première affiche, parle-nous du dispositif mis en place.

AB : Haha. Il est encore un peu tôt pour parler du dispositif de ce match là, quand nous sommes encore en train de voir le dispositif pour le match de LFB du 26 septembre.

BR : Sur un plan personnel, ressens-tu une pression particulière à l’approche du début de saison ?

AB : Non pas du tout, juste de l’excitation. Même si je suis un jeune journaliste, j’ai acquis une belle expérience du terrain et des coulisses de notre métier grâce à la N.C.A.A. mais aussi la NBA et le championnat de France de Volley-ball. Maintenant, c’est un magnifique challenge qui m’attend et il me tarde qu’une chose, c’est que la saison commence.

BR : Sur le plan sportif, la Pro A s’est renforcée avec les arrivées de Jared Jordan, Paul Carter et Jeremy Hazell, que penses-tu de ces joueurs.

AB : Ils vont se fondre rapidement dans le décor, ce sont des joueurs qui ont les qualités pour s’imposer à ce niveau-là. Au-delà de ces trois arrivées, je trouve qu’il y a eu beaucoup de renforts étrangers lors de cette intersaison, cela prouve l’attractivité de notre championnat et d’un autre côté, les départs français ne sont pas anodins non plus (Diot, Moerman etc…).

BR : Antoine Rigaudeau est devenu l’entraîneur du Paris Levallois qu’est-ce que cela t’inspire ?

AB : Antoine était un grand joueur qui a contribué au développement de ce championnat, il dégage de l’assurance et de la sympathie. Maintenant, c’est un challenge important qui s’offre à lui, car le Paris Levallois dispose de structures importantes, mais a manqué quelque peu de stabilité ces dernières années, cela va être très intéressant à suivre.

« Il est évident que nous aurons moins de moyens que le groupe Canal+, mais cela ne veut pas dire que notre travail sera de moins bonne qualité. Nous allons travailler dur pour offrir le meilleur spectacle aux téléspectateurs »

BR : Si, tu devais nous parler d’un espoir à suivre la saison prochaine, quel serait-il ?

AB : Je dirai Devonte Jerrell Newbill. C’était un des meilleurs joueurs de la Big Ten avec l’université de Penn State, c’est un joueur complet, très adroit aux tirs. Je pense que sa signature à l’ASVEL est une très bonne chose pour ce club, mais également pour lui.

BR : Quel est ton favori pour la saison prochaine ?

AB : C’est difficile à dire, je pense que le quatuor composé de Limoges, Strasbourg, Le Mans et l’ASVEL est au-dessus du lot. En revanche, si je devais mettre une pièce sur un outsider, je la mettrai sur Monaco. Ils ont construit un groupe cohérent, ils peuvent être la révélation de cette saison.

BR : Notre championnat est marqué par le nombre important de rivalité, quelle est la plus grande pour toi ?

AB : Sans aucune contestation, Pau-Limoges. Il y a trop de souvenirs autour de cette rivalité, de matchs qui ont marqué à jamais l’histoire de la Pro A. Ces deux villes sont les plus grandes places fortes du Basketball français.

BR : Cite-nous un joueur de Pro A qui t’a marqué plus jeune.

AB : Pour plusieurs raisons Mickaël Piétrus. Son histoire à Pau-Orthez avec son frère Florent est magnifique, il y avait déjà à cette époque des signes qui ne trompent pas. Sur le parquet, il dégageait tellement de force et de fluidité à la fois, c’était un véritable plaisir de le voir jouer à chaque fois.

BR :  As-tu un message particulier à adresser aux publics ?

AB : Il y a eu beaucoup de réactions suite à l’annonce de notre acquisition des droits, certaines bonnes et d’autres beaucoup moins. Il est évident que nous aurons moins de moyens que le groupe Canal+, mais cela ne veut pas dire que notre travail sera de moins bonne qualité. Nous allons travailler dur pour offrir le meilleur spectacle aux téléspectateurs, et permettre au Basketball français de continuer son développement. Je vous donne rendez-vous, le 03 octobre 2015, à 18 heures sur Ma Chaîne Sport, pour assister à la rencontre entre Strasbourg et l’ASVEL.

Un grand merci à Alex Biggerstaff pour sa disponibilité.

BANDE ANNONCE – TOUT LE BASKET FRANÇAIS SUR MA CHAÎNE SPORT

MCS

Propos recueillis par Nicolas Abila.

Crédit photo : Ma Chaîne Sport. – Montage Une : Laurent Rullier.

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Nicolas Abila (24 Articles)
Rédacteur Basket rétro, @Belile81

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.