Breaking News

NBA Playoffs 2007 – Focus sur trois séries du 1er tour rapidement expédiées

NBA Playoffs History

Un petit condensé de trois séries à oublier sur cette séquence Playoffs 2007 avec Pistons-Magic, Cavaliers-Wizards et Bulls-Heat. Si cette dernière est encore très correcte, les deux premières sériess sont une infamie à éviter, toutes issues du premier tour. Jamais dans l’histoire, la division Southeast n’avait pris un tel bouillon, trois équipes qualifiées, trois équipes éliminées au premier tour, trois sweeps dans les dents, 0-12 au total, enjoy!

RD1 (1) DETROIT PISTONS vs (8) ORLANDO MAGIC

Detroit Pistons vs Orlando Magic PO 2007

Orlando retrouve enfin les playoffs après 4 ans d’absence. L’après T-Mac a été difficile et avec un Dwight Howard qui monte en puissance, un Grant Hill remis partiellement de ses blessures, un gros défenseur avec Trevor Ariza, un meneur prometteur pour Jameer Nelson, il y a de quoi revoir le jour. Seulement voilà, ils terminent 8ème, bilan négatif (40-42) et la malchance de se frotter aux Pistons. Oui car entre ces 2 clubs durant la saison régulière, Detroit l’a toujours emporté. deux anciens de la maison avec bien entendu, Grant Hill, chouchou dans les années 90 et Darko Milicic, qui a enfin obtenu du temps de jeu! Le premier est acclamé par le public du Palace d’Auburn Hills, le second hué.

A croire que les fans ne pardonneront jamais à Joe Dumars, cette maudite draft 2003 où Bosh, Wade entre autres ont été snobés au profit du pivot serbe. Sur le G1, le constat est simple, Orlando ne rentre que 50% de ses LF, Howard a beau capter 19 rebonds (à trois prises du record de la franchise détenu par Shaq), il subit le hack-a-Dwight et la tactique marche à merveille (3/11), sans compter les 21 ballons perdus et le plus incroyable, c’est que sur les tirs de champ, ils sont au delà des 58%, un record de franchise! Au Game 2, D12 est encore dans les choux, étouffé par la défense de Detroit et en particulier de Rasheed Wallace. Le Sheed en grande forme (17 pts – 11 rebs – 3 blks) va même planter une bombe du milieu du terrain avant la fin des 24 secondes pour tuer le Magic en fin de match.

En Floride, c’est Tayshaun Prince qui noircit sa feuille de stats: 23 pts – 7 rebs – 5 asts – 3 stls. Depuis la retraite d’Isiah Thomas en 1994, il n’y a eu que Grant Hill en 1999 qui a réussit un match aussi complet chez les Pistons dans un match de playoffs sans prolongation. Meilleurs au rebond, moins de ballons perdus, un 8/13 à 3pts insolent, Detroit s’impose largement 93-77. Menés 3-0, le Magic va montrer un visage plus dur pour éviter le coup de balai. Howard à la ramasse jusqu’ici colle 29 pts et prend 17 rebonds, mais l’expérience de Detroit fait une nouvelle fois la différence. Pour le 4ème match consécutif, chaque titulaire marque au moins 10 pts, une rareté pour le souligner et les jeunes floridiens craquent dans le money-time. Brian Hill, le coach d’Orlando qui avait fait son retour à la tête de l’équipe après un séjour à Vancouver et en assistant à New Jersey, on se souvient de lui comme coach en 1994-1995-1996 à Orlando justement et il termine sa carrière en playoffs de la même manière: un sweep (3-0 en 94 – 4-0 en 95 et 96). Grant Hill jouait son dernier match sous les couleurs du Magic. Petite anecdote en revenant sur les 19 rebonds de Dwight Howard au G1, son premier match de playoffs en carrière. Seulement 2 joueurs sur les 20 dernières années avaient fait aussi bien pour leur baptême de postseason, Shaq en 1994 et Ben Wallace en 2002.

Le niveau de jeu global de cette série a été faiblard, Orlando ayant un collectif légèrement foireux, Detroit pas brillant, on a tout de suite perçu un ennui total. Le résultat est sans appel, 4-0 pour les Pistons, le premier sweep de Detroit depuis 1990 (face aux Pacers). D12 a eu beaucoup de difficultés contre la défense de Rasheed Wallace and co, même s’il a fait une moisson aux rebonds (19 au G1, 17 au G4). Ses coéquipiers ont alterné le bon et le moins bon, Nelson et Turkoglu en particulier, le pauvre Grant Hill n’a été d’aucun secours. Seul rayon de soleil? Milicic s’est démené, sur-motivé face à son ancien club. Les Pistons étaient bien au-dessus sans pour autant montrer un visage conquérant.

RÉSULTATS

Pistons de Detroit – Magic d’Orlando 4-0

  • 21 avril : Orlando @ Detroit 92-100
  • 23 avril : Orlando @ Detroit 98-90
  • 26 avril : Detroit @ Orlando 93-77
  • 28 avril : Detroit @ Orlando 97-93

RD1 (2) CLEVELAND CAVALIERS vs (7) WASHINGTON WIZARDS

Cleveland Cavaliers vs Washington Wizards PO 2007

La confrontation de 2006 était géniale, mais un an après, pour des raisons de blessure, elle n’a plus aucun intérêt. Washington était dans le top 3 à l’est pendant une bonne période jusqu’à que Gilbert Arenas et Caron Butler ne se blessent pour le reste de la saison. Antawn Jamison se retrouve donc comme le seul membre du trio valide et l’unique attaquant dangereux. Deshawn Stevenson a beau clamer qu’il n’a pas peur de Lebron James, il n’y a pas de surprise. Si les Wizards résistent malgré un jeu laid (et faut voir celui des Cavs…), Jamison est bien trop esseulé, cible prioritaire de la défense de Cleveland, malgré toute sa volonté, il termine quand même à 32 pts en moyenne, dont une pointe à 38! Caron Butler déclare que même blessé, il est prêt contre l’avis des médecins à revenir pour s’occuper de LBJ et aider son équipe. Il ne reviendra pas, Cleveland donne un coup de balai à Washington dans une série qu’il faut d’or et déjà oublier tellement c’était moche.

Sur le G1, une surprise, Lebron James ne termine pas meilleur scoreur de son équipe, une première pour lui en playoffs. Même avec une cheville tordue, il refuse de revenir sur le banc et termine avec 23 pts en 44 minutes. Larry Hughes lui a volé la vedette avec 27 unités. Antawn Jamison réalise un gros double-double (28 pts – 14 rebs), Jarvis Hayes en met 18, les seuls joueurs de Washington à dépasser les 10 unités… La défense de Cleveland est étouffante, Jamison bombarde un peu trop de loin (1/6) et c’est sans frayeur que les Cavs s’imposent d’entrée de jeu. Sur le Game 2, Lebron se vautre en adresse (8/22) et c’est le Drew Gooden show (19 pts en première mi-temps, dont 15 en 5 minutes!). Vous lui rajoutez 16 rebonds, et vous avez l’homme du match. Une rencontre plus disputée, Jamison encore au four et au moulin (31 pts), le banc des Wizards très présent, mais insuffisant pour vaincre Cleveland qui mène 2-0, une première pour la franchise depuis 1992! On part donc à Washington DC et les Cavs ont bien failli se faire voler en multipliant les erreurs.

Avec 17 pts d’avance pour la seconde mi-temps, tout se casse la gueule par la suite, les Wizards mettent un 21-4 sous l’impulsion d’un Jamison hors de contrôle (17 pts dans le 3ème QT, 38 au total) et d’un Antonio Daniels revigoré (13 asts). Alors qu’il y avait moyen de passer devant, une grosse panne d’adresse des 2 côtés se pose dans le dernier QT où Washington ne rentre plus rien pendant plus de 4 minutes. Sans convaincre, Cleveland s’impose et mène 3-0, le coup de balai est à portée! Et c’est bien ce qui va arriver et ce qui était attendu! Le G4 est très serré avant que les Cavs ne mettent un petit coup d’accélérateur dans le money-time. Un énorme match du Big Z (20 pts – 19 rebs) et malgré une nouvelle maladresse de James, il termine avec 31 pts – 11 rebs et 7 passes. Sur un match faisant gagner la série, on n’avait pas vu une ligne de stats aussi complète depuis Scottie Pippen en finale 1991. C’est aussi le premier sweep dans l’histoire des Cavs! Dans le cas adverse, on saluera le courage d’Antawn Jamison qui a tourné à 32 pts de moyenne sur l’ensemble de la série, le 9/46 aux shoots cumulés de Deshawn Stevenson (ce qui a rendu fou de jalousie, Kobe).

RÉSULTATS

Cavaliers de Cleveland – Washington Wizards 4-0

  • 22 avril : Washington @ Cleveland 82-97
  • 25 avril : Washington @ Cleveland 102-109
  • 28 avril : Cleveland @ Washington 98-92
  • 30 avril : Cleveland @ Washington 97-90

RD1 (4) CHICAGO BULLS vs (5) MIAMI HEAT

Chicago Bulls vs Miami Heat PO 2007

C’est la 4ème confrontation en playoffs entre ces 2 franchises dans l’histoire, et la seconde consécutive. L’an dernier, Miami avait du batailler contre une jeune et redoutable équipe de Chicago, l’emportant 4-2 au final et un titre de champion quelques semaines plus tard. Au premier match de cette saison 2006-2007, Miami recevait ses bagues et une belle raclée face aux Bulls, à domicile en prime, -42! Après une saison terne, le Heat ne termine que 5ème de sa conférence et affronte à nouveau les Bulls, bien déterminés à prendre leur revanche. Un joueur va particulièrement se montrer incisif, là où on ne l’attendait pas forcément, l’ailier Luol Deng. Blessé la saison dernière, il n’avait pu jouer le Heat en playoffs et avait pu admirer son remplaçant, Andres Nocioni faire des ravages.

L’autre changement, c’est une raquette bien plus solide où on passe de Malik Allen/Mike Sweetney à un tandem de vétérans Ben Wallace/PJ Brown. Le premier signé à prix d’or n’a pas convaincu, le second fait le taf de l’ombre comme à son habitude. Une motivation supplémentaire pour les 2 gaillards aussi: la vengeance! Big Ben avec Detroit avait été éliminé en 2006 par Miami, PJ Brown qui était un des piliers du squad de Pat Riley sur la fin des années 90 avec Zo Mourning et Tim Hardaway avait particulièrement mal digéré son transfert en 2000 pour Charlotte en échange d’Eddie Jones. Un doux rictus en playoffs 2001 lorsque Charlotte avait atomisé Miami au premier tour, mais pourquoi pas en remettre une couche? Le Heat présente le même effectif, vieillissant et personne ne croit à un doublé, d’autant plus que l’équipe a connu pas mal de pépins physiques tout le long de l’année.

Le premier match est synonyme de frustration pour les champions en titre, Shaq et Wade sont handicapés par les fautes. Le « Big Aristote » se plaint de l’arbitrage et des Bulls par la même occasion, les traitant de simulateurs à se jeter en arrière sur le moindre contact, et que c’est apparemment le seul moyen pour eux de l’arrêter, le flopping. Wade qui a loupé pas mal de rencontres en saison à cause d’une épaule disloquée, se heurte à la défense du couteau suisse, Thabo Sefolosha. Maladroits, mais volontaires, Ben Gordon (11 asts, record) et Andres Nocioni font plier le match sur la ligne des LF. 14 rebonds pour Big Ben et une partie incroyable de Luol Deng, 33 pts! Il a porté l’attaque des Bulls. On enchaîne sur le Game 2 où notre duo de choc Floridien a pêché sur les ballons perdus, 7 chacun! A sens unique où c’est encore Deng et Gordon qui ont fusillé Miami avec 26 et 27 pts respectivement.

Pas d’excuses pour le Shaq cette fois, il a souligné le bon arbitrage et l’énergie déployé par ses adversaires. Pour les stats historiques, c’est la 3ème fois qu’un champion en titre perd ses 2 premiers matchs d’emblée en playoffs après les Warriors en 1957 et les 76ers en 1984, toutes deux à Philadelphia et éliminés dès le premier tour. C’est aussi la 15ème fois qu’un champion en titre est mené 2-0 au meilleur des 7 matchs, seulement 3 s’en sont sortis, Boston en 1969, Chicago en 1993 et Houston en 1995. On s’envole pour le soleil de Miami où on attend une vive réaction et elle ne se fait pas attendre, ils mènent à la mi-temps! Sachez qu’à ce moment-là dans leur histoire, Miami a gagné leurs 26 derniers matchs en playoffs lorsqu’ils sont devant à la pause. Entre 2000 et 2004 aux Lakers, Shaq avait remporté 40 matchs consécutifs dans la même situation. Toute série a une fin, avec un gros coup de boost en 4ème QT, Chicago assomme Miami et l’emporte 104-96 et mène 3-0. En 5 confrontations en playoffs entre ces 2 équipes, les Bulls ont toujours remporté le G3. Très bons, mais trop seuls, Shaq et D-Wade (23 et 28 pts) n’ont pu que constater les dégâts et leur déclin. Deng, Gordon et Kirk Hinrich ont de nouveau tué les espoirs du Heat. Andres Nocioni a beau clamé qu’ils ne vont pas sweeper Miami, on pense plutôt le contraire…Et c’est bien ce qui arrive. Alonzo Mourning joue là son dernier match en playoffs, Gary Payton le dernier tout court, Ben Wallace est surprenant (7/8 aux LF), Deng et Gordon n’ont pas arrêtés leurs performances, clap de fin, sweep!

RÉSULTATS

Bulls de Chicago – Heat de Miami 4-0

  • 21 avril : Miami @ Chicago 91-96
  • 24 avril : Miami @ Chicago 89-107
  • 27 avril : Chicago @ Miami 104-96
  • 29 avril : Chicago @ Miami 92-79

ANECDOTES SUR BULLS-HEAT

  • Sachez que depuis 2000, un champion en titre n’avait pas été éliminé au premier tour. A l’époque, c’était les Spurs privés de Tim Duncan qui avaient été sortis 3-1 par les Suns.
  • Pour la première fois depuis 1998, Chicago passe enfin un tour de playoffs, que ce fut dur l’après MJ!
  • C’est la 3ème fois qu’une équipe dirigée par Pat Riley prend un sweep en ayant le statut de champion en titre. On se remémore 1983 en finale face aux 76ers de Moses Malone et en 1989 contre Detroit. Autre détail assez amusant, ce sont ces mêmes équipes que les Lakers (et donc Heat) avaient battu l’année précédente, douce revanche!
  • Hormis Riley, il y a eu aussi 3 autres franchises à avoir subi le même sort: les Philadelphia Warriors en 1957, les Detroit Pistons en 1991 et les Houston Rockets en 1996.
  • Toujours concernant Pat Riley, un record de 157 victoires pour 87 défaites dans sa carrière en playoffs, mais un…14-23 contre les Bulls. Ah oui entre New York (1992-1993), Miami en 1996 et ce coup de balai en 2007, Chicago reste la bête noire du gominé. C’est d’ailleurs le plus grand nombre de matchs en playoffs perdus contre une seule franchise dans l’histoire du coaching en NBA!
  • Petit hommage à Luol Deng sur cette série: 26,3 pts – 57,9% – 85% aux LF – 9,0 rebs – 3,0 asts – 1,8 stl – 0,8 blk, c’est simple, c’est la série de sa vie.

LE CONTRE DE LEBRON JAMES SUR DARIUS SONGAILA!

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Anthony "Pred" Saliou (440 Articles)
Fan de MJ, d'Hakeem, Bird et Sir Charles notamment, déteste les Sonics et le Thunder, peu d'amour pour les Lakers, mais adore par-dessus tout le basket "tough". A passé plus de 10 ans sur la toile basket à débattre et râler comme tout vieux qui se respecte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.