Breaking News

Le parcours presque parfait de UNLV et Larry Johnson (1989 – 1991)

NCAA March Madness History

Le cinq majeur de UNLV (c) theshadowleague.com

A quelques heures du coup d’envoi du Final Four 2015, Basket Rétro revient sur les grands moments de cette période phare du basket universitaire outre-Atlantique. Retour aujourd’hui sur les deux saisons quasi-parfaites de l’université d’UNLV coachée par Jerry Tarkanian et emmenée notamment par un grand Larry Johnson : 1989-1991.

L’université de UNLV (Université du Nevada et de Las Vegas) aura fortement marqué les esprits à la fin des années 80 – début des années 90. Lors de la saison 1989-1990, la fac a recruté Larry Johnson en provenance d’Odessa College. Avec son arrivée, les joueurs coachés par Jerry Tarkanian (head coach de UNLV de 1973 à 1992 et surnommé Tark The Shark) ont démontré lors de cette saison qui étaient les patrons du championnat NCAA grâce à leu jeu basé sur du jeu rapide et l’explosivité. En plus de Johnson, les quatre autres membres du cinq majeur étaient Stacey Augmon, Greg Anthony, Anderson Hunt et Georges Ackels.

UNE DOMINATION SANS CONTESTATION (1989-1990)

Après 13 victoires et 3 défaites en saison régulière, le titre de co-champion de la Conférence Big West avec la fac de New Mexico State (les deux équipes ont terminé avec le même bilan : 16 victoires pour 2 défaites), les Runnin Rebels, surnom de UNLV, ont dominé la March Madness en mars 1990 comme en témoigne leur parcours :

  • UNLV – Arkansas-Little Rock : 102-72 (Sweet Sixteen – 8eme de finale de la Région Ouest)
  • UNLV – Ohio State : 76-65 (Elite Eight – quart de finale de la Région Ouest)
  • UNLV – Ball State : 69-67 (demi-finale de la région Ouest)
  • UNLV – Loyola Marymount 131-101 (finale de la région Ouest)
  • UNLV – Georgia Tech : 90- 81 (demi-finale nationale)
  • UNLV – Duke : 103-73 (finale nationale)

Sur ces six matchs à élimination directe, les dirigeants de UNLV ont eu raison de s’attacher les services de Larry Johnson. L’ailier a beaucoup aidé son équipe au scoring et au rebond lors de la phase finale NCAA en 1990 :

  • 13 points et 12 rebonds face à Arkansas
  • 23 points et 16 rebonds face à Ohio State
  • 20 points et 13 rebonds face à Ball State
  • 20 points et 18 rebonds face à Loyola
  • 15 points et 5 rebonds face à Georgia Tech
  • 22 points et 11 rebonds face à Duke

Très distingué pour mordre une serviette en plein match, Jerry Tarkanian était ravi d’avoir Johnson sous ses ordres qui a fait partie des meilleurs joueurs du tournoi NCAA 1990  : « Une fois que l’on a signé Johnson, nous savions que nous allions être très bon. Larry unissait l’équipe. Il était le joueur ultime de l’équipe. Après chaque match, il voulait donner du crédit à chaque joueur de l’équipe. Il pourrait sortir et marquer 23 points qu’il parlerait de Greg Anthony qui a réalisé du bon boulot pour lui donner le ballon ». (source : univ.rivals.com)

Larry Johnson à UNLV - (c) Ken Levine - Getty Images

Larry Johnson à UNLV – (c) Ken Levine – Getty Images

Larry Johnson confiait que «  Tarkanian était un genre de coach différent pour entraîner une équipe telle que la nôtre. Coach K de Duke n’aurait pas pu coacher une équipe comme nous. Les styles de gars noirs qui composaient l’équipe étaient vraiment fanfaronne, téméraire. Et ils avaient besoin que quelqu’un aille leur montrer de l’affection ». (unlv.rivals.com)

Malgré ses six bons matchs avec des statistiques moyennes considérables lors de cette March Madness (18,8 points et 12,5 rebonds), c’est son coéquipier Anderson Hunt qui recevra le titre honorifique de MOP (joueur ayant été le plus remarqué). Le meneur d’UNLV est monté en régime au fur et à mesure des matchs couperets de cette March Madness 1990 :

  • 11 points, 1 rebond et 4 passes face à Arkansas
  • 10 points, 3 rebonds et 2 passes face à Ohio State
  • 3 points, 1 rebond et 2 passes face à Ball State
  • 30 points, 4 rebonds et 13 passes face à Loyola
  • 20 points, 2 rebonds et 7 passes face à Georgia Tech
  • 29 points, 2 rebonds et 2 passes face à Duke

Ses statistiques moyennes sur les six matchs : 17,1 points, 2,1 rebonds et 5 passes.

UNLV DESTABILISE PAR LES MEDIAS…

Pourtant UNLV a été la cible de beaucoup de critiques lors de la saison 1989-1990 bien que les joueurs ont fait le job sur le terrain pour gagner le titre en 1990. L’université et coach Tarkanian sont ainsi pointés du doigt pour de possibles magouilles financières et s’être renforcée de manière illicite. Malgré ces turbulences en dehors du terrain et bien avant la sanction prise à l’encontre d’UNLV, les Rebels ont exprimé pleinement leurs talents.

UNLV celèbre le titre NCAA 1990 (c) vegasseven.com

UNLV celèbre le titre NCAA 1990 (c) vegasseven.com

… MAIS CHAMPION NCAA EN 1990

En 1990, la finale a opposé UNLV à Duke. Les Rebels avaient cette réputation d’être des bad boys à cause de cette tourmente commentée par la presse. Une étiquette qui est resté coller à l’équipe de Tarkanian, réputé sulfureuse. Et les médias vont se servir de cela pour créer un contraste avec l’équipe des Blue Devils, considéré comme l’équipe qui représente le bien et UNLV le mal. Et les Rebels n’ont pas fait dans le détail et ont alors bien fait souffrir Duke en les battant de 30 points : 103-73. C’est le plus large écart de toutes les finales NCAA de l’histoire. UNLV est à ce jour la seule équipe pour le moment à avoir inscrit 100 points et plus dans une finale NCAA.  Avec son premier titre universitaire en poche, ils ont succédé aux Wolverines de Michigan.

Hunt inscrit notamment 12 de ses 29 points en finale face à Duke durant un run signé 18-0 par son équipe. Greg Anthony qui faisait partie de l’effectif de UNLV se remémorait cette finale : « cela s’est passé si vite que vous ne réalisiez pas quel était le score du match. A cet instant, j’étais comme ‘Whaou, nous avons gagné’. Jerry Tarkanian confiait que toute une ville était heureuse de ce qui s’était produit avec ce premier titre universitaire décroché par UNLV : « La ville est devenue dingue. C’était peut-être le plus grand moment dans la ville. Les gens en parlaient ». (espn.com) «  Jamais je n’aurais eu cette sensation de pouvoir gagner ce championnat ». disait-il pour le Washingtonpost.com.

Après la défaite, Mike Krzyzewski  dit Coach K, l’entraîneur de Duke, n’a pas manqué de reconnaître le talent de Larry Johnson qui a fait mal à son équipe : « La puissance de Larry me laisse sans voix. Ça doit être le joueur le plus costaud du circuit. En plus de ça, il est agile et il a du toucher. C’est un basketteur à part et il sera pour les dix prochaines années. »

Jerry Tarkanian et sa joie avec ses joueurs d'UNLV en 1990 (c) Getty Images

Jerry Tarkanian et sa joie avec ses joueurs d’UNLV en 1990 (c) Getty Images

REVANCHARD, DUKE REFROIDIT LES ARDEURS DE UNLV EN 1991

Quelques mois plus tard, c’est dans la peau du grandissime favori que les Rebels attaquent la saison régulière 1990-1991. Et de quelle fort et belle manière. UNLV a affiché un bilan sublime de 31 victoires sans aucune défaite (saison régulière et tournoi de la Big West confondues). Il s’est qualifié logiquement pour leur second Final Four de suite après avoir écarté quatre adversaires dans leur partie de tableau du tournoi régional sous l’impulsion une fois de plus d’un brillantissime Larry Johnson :

  • UNLV – Montana : victoire 99-65 (Sweet Sixteen = 8e de finale), 23 points, 9 rebonds et 6 passes
  • UNLV – Georgetown : victoire 62-54 (Elite Eight = quart de finale), 20 points, 10 rebonds et 2 passes
  • UNLV – Utah : victoire 83-66 en demi-finale régionale, 23 points, 13 rebonds, et 1 passe
  • UNLV – Seton Hall : victoire 77-65 en finale régionale, 30 points, 6 rebonds

UNLV a ainsi retrouvé Duke lors de la demi-finale nationale. Les Blue Devils ont pris leur revanche sur UNLV par rapport à la finale NCAA en 1990. L’objectif de réaliser le doublé pour les Rebels se sont envolés. L’aventure s’est arrête sur cette défaite étriquée malgré la performance du MOP de la March Madness 1990 : Anderson Hunt (29 points, 4 rebonds et 2 passes). Les hommes de coach K ont infligé ainsi l’unique défaite de UNLV cette saison en demi-finale nationale de la March Madness 1991 : 79-77. Larry Johnson a fini cette rencontre avec 13 points, 13 rebonds et 2 passes. Ses stats moyennes sur les cinq matchs de phase finale de la March Madness 1991 : 21,8 points, 10,2 rebonds et 2,2 passes.

Décéption de UNLV après la défaite face à Duke en 1991 (c) complex.com

Décéption de UNLV après la défaite face à Duke en 1991 (c) complex.com

Tarkanian avouait avant la rencontre qu’il n’était pas de ravi de rejouer contre Duke en phase finale d’un tournoi NCAA dans un article paru en août 2007 (sur le site unlv.rivals.com) : « Jouer Duke est la pire chose qui pouvait nous arriver dans le tournoi. Je ne voulais pas l’attirer car nous les avons battus de 30 points en finale en 1990. Je savais que ça serait dur la deuxième fois ».Avant cette demi-finale nationale, UNLV faisait figure d’ogre puisqu’il avait remporté 34 matchs avec un écart moyen de 27,3 points.

A l’issue de cette défaite face à Duke, Larry Johnson est désigné tout de même « Joueur universitaire de l’année » (23 pts et 11 rbds de moyenne sur la saison). Agé de 22 ans, il se présente à la draft NBA. Stacey Augmon et Greg Anthony en font de même. L’ailier sera retenu en 9e position par Atlanta, le meneur sera choisi par les Knicks en 12e choix. Après leur départ, UNLV a décidé de retirer les maillots de Larry Johnson (numéro 4), Stacey Augmon (numéro 32) et Greg Anthony (numéro 50). Johnson a même fait son entrée au Hall of Fame de la fac en 2002.

PUNITION POUR UNLV

Soupçonné d’avoir effectuer un recrutement illicite, le 21 mai 1991, un journal local publie des photos d’Anderson Hunt dans un jacuzzi en compagnie de deux coéquipiers et du sulfureux Richard Perry, dit « Richie the Fixer ». Ce parieur new-yorkais supposé voisin des milieux mafieux a mauvaise presse puisqu’il a acheté des matches. Il aurait aidé UNLV dans son recrutement. Cette affaire est appelée « Hot Tub Photos ». La NCAA n’a pas aimé que son image soit ternie par cette affaire. Robert Maxson, le président de la fac de l’époque, était du même avis.

Jerry Tarkanian, qui pensait avoir tenu Perry à l’écart de ses joueurs, a pris l’histoire des « Hot tub photos » et donc cette nouvelle en pleine figure sans être donc épargné. Tarkanian a démissionné en mars de cette année-là, après 19 saisons dans le Nevada avec un excellent bilan de 509 victoires pour 105 défaites). Il offrira son nom au parquet du Thomas & Mack Center, une salle de 18 776 places inaugurée en 1983. De plus, les joueurs se seraient aussi mal comportés lors des déplacements pour les matchs. La fac a été sanctionnée et a été privée de « March Madness » en 1992.

Jerry Tarkanian avec Stacey Augmon et Larry Johnson (c) AP Photo - Lennox McLendon

Jerry Tarkanian avec Stacey Augmon et Larry Johnson (c) AP Photo – Lennox McLendon

Bien au-delà de cette histoire regrettable, retenons ainsi le beau chemin parcouru par UNLV. En deux ans, les Rebels auront inscrit leurs noms au palmarès du Championnat NCAA (victoire en 1990) tout en se hissant en demi-finale lors de la March Madness 1991. Cette prestation qui n’est pas passé inaperçu a permis à UNLV de gagner en reconnaissance par les médias. UNLV est considéré comme une des meilleures équipes du basket universitaire dans l’histoire de la NCAA. Un documentaire a même été consacré à cette équipe diffusé sur HBO Sports aux Etats-Unis : « Runnin Rebels Of UNLV » Tarkanian était enchanté d’avoir vécu cette belle aventure avec cette génération de joueurs : « c’était l’équipe la plus généreuse et travailleuse que j’ai jamais eu. Et c’est ce qui les ont rendus si spéciaux ». Si M6 aura connu un dîner presque parfait, la NCAA aura connu elle le parcours presque parfait de UNLV.

LA FINALE NCAA DE 1990 EN IMAGES

Retrouvez plus de Basket Retro sur





About Richard Sengmany (404 Articles)
Découvrant le basket dans les années 90 grâce à la diffusion des matchs NBA sur Canal+, je rédige depuis plus de dix ans des articles sur la balle orange, sur d'autres disciplines sportives et la culture.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.